un débat LE DROIT D’AUTEUR à l’ère internet - Bernard Kouchner

plutôt que Jacques Chirac

Votre abonnement gratuit au webzine

Ci dessous la version du webzine envoyée aux abonnés (les envois aux abonnés : sans aucune pub)

Les livres conseillés..

www.lewebzinegratuit.com du réseau ternoise    14 128 abonnés

*** Le webzine est envoyé suivant un nouveau procédé. Le système  « envoi en nombre mails » devenait ingérable, trop lourd. En espérant que tout se passe bien !

Merci de signaler toute bizarrerie... et de soutenir la difficile cause du gratuit...***

 

Mensuel gratuit chanson, littérature, observatoire internet, actualité / N°29 / 23 mars 2003

 

Chiffres du mois : en 30 jours,  1867 nouvelles annonces sur lesannoncesgratuites.net

vraigratuit.com de plus en plus visité... présentation GENERATION VOTE, exprimez vous... sur la guerre en Irak ou les éoliennes !

autoproduction.info 200 euros, minimum, pour le PRIX ALBUM AUTO PRODUIT 2003 (noté sur le site FRANCE INTER, SYSTEME DISQUE)

9 LIVRES, CD à gagner sur auto-edition.com www.autoproduction.info www.acommeamour.com

 

1) Éditorial : vouloir plaire ou avancer ?

2) L'interview du mois : un débat LE DROIT D’AUTEUR à l’ère internet
3) Actualité d'en France :  guerre : Bernard Kouchner plutôt que Jacques Chirac - Le Monde, Bernard Arnault, Groupe Lagardère...
4<) OBSERVATOIRE INTERNET et réseau ternoise : OFFRES et travaux d’avril
5) Les mails du mois : un écrivain contre l’auto-édition 
6) Chanson d'actualité : Savoir plaire
 
1) Éditorial :  vouloir plaire ou avancer ?
 

Le décodage de l’événement mondial et l’attitude de Jacques Chirac, de la polémique au-tour du quotidien Le Monde, de Bernard Arnault, du groupe Lagardère, points développés à la rubrique « actualité », rejoint le mail du mois « un écrivain contre l’auto-édition », pour aborder la réflexion centrale de la création de ce webzine : vouloir plaire ou avancer ?

Ce webzine n’a jamais eu pour ambition de plaire aux pouvoirs, à des notables, sommités mais continuera à défricher internet. Avec l’idée qu’une autre forme de média peut s’imposer par l’implication de citoyens critiques.

Ne pas laisser aux coteries le monopole de l’expression.

 

Naturellement, ne pas être soumis, inféodé, lié à une chapelle, c’est être, d’abord, nié, méprisé par toutes les chapelles qui fonctionnement sur le même principe du dogmatisme. Ce fonctionnement aboutit à une presse papier en France, à peu d’exceptions près, figée, chloroformée, vide ou tenue par ses préjugés, l’ère du kitch, des news.

 

Avancer, malgré le vent du « passage au payant » sur internet, qui tel un rouleau compresseur voudrait imposer SA « logique économique ».

Continuer, avancer. Malgré Josyane Savigneau (la toute puissante responsable littéraire du quotidien Le Monde), malgré l’état d’esprit Jean-Marie Messier, malgré, malgré, malgré...

 

Avancer en créant le prix de l’album AUTO PRODUIT 2003...

 

Et attention aux réactions émotives, gare aux  spécialistes du sensationnel... cherchez toujours les grilles de lectures d’un événement...


Stéphane TERNOISE

 
2) L'interview du mois cède la place à la première partie d’un débat LE DROIT D’AUTEUR à l’ère internet

 

internet met en danger le droit d’auteur ?

Utiliser l'interview du mois pour un débat sur LE DROIT D’AUTEUR m’est apparu nécessaire. Faire le point. En chanson et en édition. Des contacts réguliers furent interrogés...

 

Parler du droit d’auteur ? Tout le monde dans la chanson, l’édition, a un point de vue sur la question ? Je croyais crouler sous les réactions, n’avoir qu’à faire le tri... mais l’opinion la plus courante : on ne sait pas où l’on va !

 

Intervenants :  Magali Fortin et Michel Carcenac

 

Le monde officiel de la chanson (communication majors, artistes médiatiques, représentants d’organismes représentatifs) a deux dadas : stopper les téléchargements sans versement de droits via internet et obtenir la baisse de la TVA au niveau du livre.

Pour que les affaires reprennent ! et alors là, promis, le redémarrage du marché signifiera plus d’audace, une production plus large... on se souvient pourtant des effets de la baisse en 1987 de la TVA de 33 à 20%...

Revendications pour tenter de masquer que la musique est entre les mains des marchands et qu’une baisse de la TVA serait mise « à profits ».

 

La TVA sur le disque à 19,6% n’est pas choquante. Pourquoi le disque serait considéré au même niveau que l’eau, le pain, le livre ? (beaucoup l’ignorent, mais la TVA sur le livre d’un auteur éditeur, l’auto-édition, est de 0%). Parce que le livre a perdu sa mission première ? Que les éditeurs ont transformé le livre en simple papier écrit ?

Pourquoi s’attaquer au 19,6 de l’état alors que la marge des revendeurs... la marge des revendeurs est un sujet tabou dans la filière disque. Ne pas se fâcher avec les centrales d’achats...

Comme le coût du marketing... Vivendi universal est le plus gros annonceur télé en France. Est-ce logique qu’une si grande partie de l’argent de la musique finisse dans les médias ?

Nul doute que Vivendi universal préférerait aussi garder cet argent... mais la situation est satisfaisante : la différence se fait par l’argent... chaque gros projet est presque à coup sûr gagnant, alors pourquoi bouleverser un monde où l’on gagne !

 

Le monde du livre ne connaissant pas de phénomène équivalent au mp3 (s’il est facile de copier un cd, transformer un livre en version numérique demande un long travail ou des outils au prix dissuasif) et l’e-book ayant avorté, les éditeurs pensent pouvoir vivre loin d’internet. Et les auteurs ne voient pas ce que le web pourrait bien leur apporter. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes Lagardère (voir actualité)

 

CHANSON et EDITION, le créateur est dans la logique économique actuelle, marginal. Le chiffre d’affaire se partage principalement entre d’autres intervenants, les non créateurs, et si la production est toujours, en France, diversifiée, la diffusion et la médiatisation se focalise sur quelques « figures », donc, derrière, les droits d’auteurs aussi (ainsi, entre 1995 et 2001, le nombre de chanteurs DIFFERENTS programmés sur les trente principales radios a chuté de 83% ; chiffre CHORUS).

               

Faut-il donc SACRIFIER les mp3 sur l’autel du pouvoir d’achat des gagnants d’un système en pleine concentration, en discutable nivellement ?

 

MAGALI FORTIN :

Le MP3, soit la musique gratuite ou payante en téléchargement, avec la possibilité d'acheter le CD est formidable. Elle nous donne l'accès à un vaste réseau artistique en dehors de la musique médiatique.

C'est une porte ouverte fantastique sur la culture. Je me souviens que lorsque j'étais ado afin d'écouter les nouveaux groupes hors circuits commerciaux, je devais me coucher tard car ces émissions de radios étaient nocturnes, en espérant ensuite le trouver à la médiathèque. Même quand je voulais l'acheter, je ne le trouvais pas forcément chez les disquaires car aucun
réseau de distribution d'auto-production n'existait.

Maintenant avec le net, on peut écouter tout ce que l'on veut à n'importe quelle heure et pas forcément en payant. Je pense que l'on peut nommer le Net avec le MP3, la démocratie musicale car nous ne sommes plus obligés d'écouter les musiques que nous imposent les radios, télés...

La dictature des médias et des maisons de disques est telle que pour maintenir notre liberté d'expression, nous artistes, face aux radios, télés... devons maintenir cet espace de survie culturelle gratuit et accessible à un très grand nombre.

On sait très bien que si un ACI (de plus inconnu) veut faire payer des droits d'écoute ou de téléchargement à ses visiteurs, il les fera fuir. Seule la vente du cd après lui permettra de récompenser son travail.

 

Que dit la loi, la loi des auteurs ?

Toute diffusion d’une œuvre doit faire l’objet d’un paiement de droits à la sacem, sauf dérogation genre « fête de la musique »... Insidieusement internet est entré dans ces dérogations ! Bien que cette règle ne soit notée nulle part, la sacem n’intervient pas contre l’ensemble des interprètes en illégalité avec l’article premier des statuts de la Sacem : tout auteur, auteur-réalisateur ou compositeur admis à adhérer aux présents Statuts fait apport à la société, du fait même de cette adhésion, en tout pays et pour la durée de la société, du droit d’autoriser ou d’interdire l’exécution ou la représentation publique de ses œuvres.

 

L’artiste qui diffuse sur son site des œuvres, devrait, en suivant les statuts à la lettre, verser des droits... et 80% de ces droits seraient reversés aux créateurs. 

Pourquoi les statuts de la Sacem ne sont pas modifiés ?

Lors de ma dernière rencontre avec Richard Seff, désormais Président Commission des variétés, dans ma démarche internet il s’étonnait de mon absence d’inquiétude quant au possible plagiat de mes textes en accès libre !

C’est tout !...

 

Ne demandons pas à la Sacem d’être leader dans la réflexion sur le droit d’auteur ! Dans tout « système complexe », les installés ont une tendance naturelle à freiner le changement, qui peut remettre en cause leur position.

La sacem est certes la société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique mais elle est dirigée par un conseil d’administration choisi parmi et élu par les « membres professionnels », soit les revenus importants... ne demandons à Jacques DEMARNY,  président du conseil d'administration sacem de se reconnaître dans la position iconoclaste des auteurs qui croient en internet... 

 

Niveau livre :

MICHEL CARCENAC :

Sur internet, c’est ingérable... des photos reproduites sans mon accord, ça ne m’étonnerait pas qu’il y en ait, ça m’est bien arrivé dans un livre... ça c’est finalement arrangé sans procès... encore récemment une municipalité en a utilisé certaines dans son bulletin, sans même mentionner le nom de l’auteur...

Pour l’instant internet... les présentations, sans versement de droits, me font surtout de la publicité... et c’est l’essentiel ! 

A mon âge, de toute manière je ne ferai pas de procès... ça me ferait monter la tension... mieux vaut un mauvais arrangement qu’un procès 

 

Demain ? Pistes à suivre...

- une transformation du circuit commercial qui jusqu’alors « encadre » la création.

- la multiplication des droits dérivés. Sur les supports (le monde du disque touche déjà des fonds sur la copie privée... d’où l’augmentation du prix du cd vierge... malheureusement, ces sommes sont reversées proportionnellement aux autres droits... ainsi l’argent amène l’argent... Cabrel Seff et Obispo doivent être contents !) mais aussi par la publicité « dérivée »... peu, parmi les utilisateurs des différents envois gratuits (le roman Liberté, j’ignorais tant de Toi, la pièce de théâtre Vive le Sud, les textes de chansons, parodies...) du réseau, s’inscrivent ensuite aux sites amis (voir fin du webzine) mais si ce système ne fonctionne pas vraiment, il est incontestablement une voie... peut-être faut-il mieux l’expliquer que je l’ai fait jusqu’alors !...)

- une autre logique marketing : offrir pour faire découvrir.

Offrir des chansons en écoute gratuite, même en téléchargement gratuit.

Que le « coût marketing » ne soit plus une dépense et profite aux internautes

- une meilleure surveillance de l’argent public et institutionnel (comme les subventions sacem). Subventionner des artistes rentables, millionnaires,  frise l’indécence, dénote chez ces artistes qui se prétendent souvent par ailleurs modèles, exemples, exemplaires, un certain état d’esprit. Il ne faut pas hésiter à déboulonner les statues...

 

CONCLUSION :

Le droit de l’auteur est le droit de refuser d’être traité comme un pion. Ce droit, avant internet, il ne l’avait quasiment pas, il devait se conformer.

De toute manière les éditeurs ont choisi, préfèrent les mémoires de Loana ou Bernadette Chirac.

Les majors ont choisi, préfèrent les produits dérivés des émissions télé...

Le droit d’auteur est le droit pour l’auteur de vivre de ses créations et non faire vivre des intermédiaires. Durant la période de transition, l’agitation est normale, nous devons tous participer à la rédaction des prochaines lois... LES INTERETS ENTRE INTERVENANTS SONT, EN TOUTE LOGIQUE, DIVERGEANTS....

 

CONCLUSION par MAGALI FORTIN :

en économie on parle de restructuration, la preuve avec Jean-Marie Messier et le crac boursier d'universal.

Pourquoi, n'y aurait-il pas une restructuration dans nos habitudes musicales ?

Tout changement effraie hors souvent c'est là qu'il est bon d'aller car nous serions encore au moyen âge... avec les privilèges et cie...

 

CONCLUSION de la première étape, dans quelques mois, grâce à vos réactions, nous irons sûrement plus loin...

 

3 )Actualité d'en France
 

a) Bernard Kouchner plutôt que Jacques Chirac

 

La guerre donc.

Puisque ce n’est pas une évidence pour tout le monde : le premier responsable de la guerre est Saddam Hussein. 

La guerre hors la loi ? l’intervention Américano - britannique est une rupture du cessez-le-feu de 1991, pour cause de manquement de l’Irak à ses obligations.

D’autres moyens pour le neutraliser ? La diplomatie est toujours inefficace face à un dictateur.

Du temps, encore ?... mais quand en 1998 Saddam Hussein expulse les inspecteurs de l’ONU, réagir en 2003, n’est-ce pas déjà suffisant ?

  

Etre pour la paix est consensuel, les naturels médiatiques « anti » trouvent un rôle à leur agitation ... et ils osent se proclamer « pacifistes »... il est beau ce pacifisme soutien d’un régime totalitaire !

Ce « pacifisme » qui pense ainsi échapper au terrorisme ?

Faut-il donc, au nom de ce pacifisme, laisser le peuple Irakien subir encore trois décennies d’oppression ?

Comme la France n’aurait pas pu se libérer seule du régime NAZI, le peuple Irakien ne peut se libérer seul de son dictateur.

Faudrait-il que l’histoire ne serve à rien, toujours attendre la plus grande tragédie ?

L’opinion publique Française acclame encore les « partisans de la paix »,

comme Daladier acclamé à son retour de Munich où il vient de signer les célèbres « accords » en 1938. Continuez monsieur Saddam Hussein, l’opinion publique occidentale vous soutient, et Jacques Chirac est toujours votre ami... la classe politique nationale, quasi unanime soutient le président... En 2003, Jacques Chirac pense à son image...

La France, par l’intermédiaire de Bernard Kouchner, est pourtant à l’origine du concept d’ingérence humanitaire. Bernard Kouchner, justement favorable à l’intervention militaire, Bernard Kouchner bizarrement écarté de la scène médiatique nationale...

Je me sens bien plus proche de Bernard Kouchner que de François Hollande.

La politique, c’est parfois ETRE MINORITAIRE, et l’assumer. Peu d’hommes politiques l’osent. Bernard Kouchner prouve encore une fois qu’il est actuellement l’un des rares hommes politiques de convictions en France (ps : dimanche 23 mars : la prise de position d Elie Wiesel devrait faire réfléchir...).

 

b) Vivendi Universal Publishing passera-t-il vraiment dans le giron Lagardère ?

La vente est contestée à Bruxelles uniquement par le syndicat de la librairie française et trois éditeurs indépendants (Gallimard, Le Seuil, la Martinière).

Les autres, donc les premiers concernés, sont d’accord !

L’autocensure de ces gens est exceptionnelle, des petits soldats. Tout le monde a intégré « Attention, protester, c’est les représailles inévitables ».

Les chiffres annoncés : 98% des dictionnaires de langue française, 82% du livre scolaire, 52% du livre de poche, 45% de la littérature générale, 65 % de la distribution du livre en France...

 

Si le groupe Lagardère est dans le rouge en 2002, Hachette livre est euphorique : 91 millions d’euros de résultat d’exploitation pour un chiffre d’affaire de 950 millions d’euros.

Que va faire Arnaud Lagardère, déjà patron du pôle média depuis l’an 2000 ? Le père était considéré comme un gentlemen cultivé... le fils « moins »...

Ça donnera de plus en plus des journalistes Lagardère, indépendants naturellement !, qui feront la promotion de livres Lagardère, distribué par Lagardère, en tête de gondole des magasins Lagardère (Virgin par exemple)

Que manque-t-il au groupe Lagardère ? La télé (niveau radio : Europe 1)   

Arnaud Lagardère se dit non intéressé par M6...

 

Le réseau ternoise soutient le groupe Lagardère !!!

Pourquoi ? Face à des écrivains silencieux, allons jusqu’au bout de la logique ! Puisque que les habituels pétitionneurs se couchent devant la concentration (la plus importante des pays démocratiques). Quand « les documentaires » auront totalement remplacé la littérature, peut-être l’auto-édition apparaîtra à tout le monde comme la véritable alternative au monopole...

Je conseille même au nouveau grand patron de ne pas hésiter, puisqu’il a face à lui des petits toutous : des droits d’auteurs divisés par deux, des marges libraires un peu plus serrées !

Un marchand d’armes connaît le rapport de force...

 

c) Il est dangereux de se fâcher avec un homme comme le patron de LVMH.

 « l’ange exterminateur », un livre sur et non autorisé par Bernard Arnault.

L’auteur : « on m’a fait savoir que pour mon avenir professionnel, il valait mieux que je fasse autre chose »... et un des plus gros annonceurs publicitaires a les moyens de vous intimider...

 

d) « la face cachée du monde », de Pierre Péan et Philippe Cohen.

Comment fonctionne un journal ?

Comment un contre-pouvoir se prend, devient, un pouvoir ?

Que le groupe lutte sur le terrain financier pour concurrencer les groupes liés à l’armement (Lagardère et Dassault), donc éviter d’être aussi phagocyté, se comprend mais la manière dont la direction tricéphale se défend frise le grotesque... A-t-on le droit de critiquer un journal, ou s’expose-t-on inévitablement aux représailles ?

 

Au-delà, comment fonctionnent en France les journaux ?

« la presse de province, qui est complètement soumise au pouvoir des notables et des industriels locaux »

Michel Polac, Charlie Hebdo, 12 mars 2003

 

e) « il est temps que l’énergie éolienne se développe », Roselyne Bachelot, ministre de l’Ecologie et du Développement durable, France.

 

f) Un guide gastronomique montré du doigt comme la cause du suicide Bernard Loiseau, le guide gastronomique a osé déclasser le grand chef !

Une institution intouchable !

Nouvelle règle : surtout aucune critique contre les sommités.

 

4) OBSERVATOIRE et réseau ternoise.net

 

www.auto-edition.com  : LE CONCOURS « votre livre imprimé gratuitement » se termine le 15 avril 2003

 

www.autoproduction.info A GAGNER le cd REVES ET VOYAGES de Joel et Sylvie
auto-edition.com A GAGNER le LIVRE COMMENT EPATER SES INVITES de Mauricette LECOMTE 
acommeamour.com A GAGNER essai Amour - Etat du sentiment et perspectives de STEPHANE TERNOISE

Le numéro 28, votre note : 14,2
Votre note, sur 20, pour ce numéro

 

acommeamour.com , le site de l’essai AMOUR – Etat du sentiment et perspectives (jamais reçu tant de réactions après la sortie d’un livre... réactions de lectrices... Amour intéresse surtout les femmes ?...), des chansons et citations d’amour :

Espace RENCONTRES 100% opérationnel... pourquoi un espace rencontres ?

Si sur la majorité des sites rencontres devenir membre est gratuite, la mise en contact est payante. La rencontre est un élément central du web, la gratuité est primordiale... bien sûr, aucun budget promotionnel pour faire connaître le site, comme les autres !, simplement... « le système internet », la participation des internautes au développement de la toile...    


vraigratuit.com

présente le site GENERATION VOTE

exprimez vous sur la guerre en Irak, sur les éoliennes...

et encore sms gratuits, jeux, voyance... LE VRAI GRATUIT QUOI...

 

www.salondulivre.net

les derniers tests en cours, début des questions aux écrivains le 7 avril.

Normalement !

 

5) le mail du mois : un écrivain contre l’auto-édition

 

Nous nous côtoyons dans les salons du livre... son nom est noté sur quelques sites uniquement comme invité de ces salons du livre.

Un échange de mails sous le signe d’Albert Einstein

« Nous vivons une époque triste. Il est devenu plus facile maintenant de scinder un atome que de casser un préjugé »

Un échange de mails significatif du conformisme de la majorité des écrivains.

Il ne vit pas de ses droits d’auteur, malgré six livres publiés. Dans les salons du livre il vend principalement des acrostiches auto-édités, auto-imprimés. 

 

Son nom finalement importe peu. L’essentiel est l’éclairage ainsi apporté sur le secteur du livre, qui aidera à mieux comprendre pourquoi aucune voix d’écrivain ne s’élève contre le pouvoir exorbitant du groupe Lagardère. 

(de plus :

- il s’offusque de la possible confusion de son nom sur un site alors qu’en serait-il de son nom ici !

- pourquoi lui faire de la publicité alors qu’il pratique l’exclusion et le mépris ?

- j’aurais pu inventer ce dialogue, tant sa position est significative de l’état d’esprit trahi dans de nombreux regards lors des salons où « se mélangent » gens des éditeurs mondains et auteurs indépendants (je subis un peu moins que d’autres cet ostracisme, mais quand même !, du fait de mon âge, du nombre de livres publiés et de mon statut d’auteur de chansons et « internet man ») ; seulement quelques abonnés le reconnaîtront sûrement... tant pis !

 

Un premier mail surprenant :

 

... l'un de tes sites me présente comme "auteur auto-édité" , où en tout cas la formulation sur le préambule peut laisser penser ça. Je te demanderais de reformuler les choses autrement. Car, je te le

signale, sur mes six ouvrages parus (détail) aucun n'a été édité en auto-édition et, pas plus à compte d'auteur.

D'une façon générale, je ne crois pas à cette formule. Je la réprouve. Elle donne la possibilité au premier venu de s'auto proclamer écrivain.

Libre à toi de considérer que l'auto-édition est l'avenir de l'édition... Différemment, je pense qu'elle est la fosse non pas peut-être de l'édition (je n'en sais rien et je m'en fiche) mais en tout cas  de la littérature.

Et, en tout cas, ça ne m'intéresse pas de figurer parmi les auteurs auto-édités...J'en connais tellement d'exécrables. ..

Et puis la question n'est même pas là. J'ai ramé pour avoir des éditeurs. Certains (petits, mais je m'en fous) m'ont fait confiance...

 

Réponse polie en rappelant les faits... où libre à moi de le noter comme invité dans des salons à côté d’écrivains indépendants et de noter sa spécialisation dans l’acrostiche, acrostiches qui sont de l'auto-édition.

 

Réponse abracadabrante :

 

Non, les poèmes acrostiches ne peuvent être considérés comme de l'auto-édition, dans la mesure où, déjà, ce n'est pas de l'édition. Pour qu'il y ait édition il faut qu'il y ait avant tout un objet littéraire. Deusio, que cet objet, l'auteur veuille le promouvoir...

C'est lorsque l'auteur n'est pas parvenu à cela par les voies habituelles qu'il a recours à une formule d'édition parallèle et qu'on arrive, tertio, à l'auto-édition....

Bon, tout à fait autre chose, pour dissiper si tu le veux bien ce malentendu (je veux croire) né de m'être vu sur ton site comme un futur maître de l'acrostiche ou je ne sais quoi...cela n'étant pas le pire (je peux rire de moi) mais l'insupportable étant à mes yeux que mes bouquins soient assimilés à ceux de gratte-plumes départementaux sans aucun talent, offensant la littérature, payant un imprimeur pour que sorte leur livre (attitude contre laquelle je n'ai rien, par principe, et que je serais le premier à applaudir si les oeuvres étaient dignes de ce nom, mais pour ce que l'on voit autour de nous, hein, tu avoueras...)

 

La réponse le contredira naturellement : ses poèmes acrostiches sont de l'auto-édition, le renvoyant à la lecture des textes de lois.

Revenant sur sa description classique de l’auto-édition (c'est lorsque l'auteur n'est pas parvenu à cela par les voies habituelles qu'il a recours à une formule d'édition parallèle et qu'on arrive, à l'auto-édition....) : NON, l'auto-édition est l'objectif, les voies habituelles ne sont que des voies CONFORMISTES... JE TE TROUVE BIEN CONFORMISTE...

 

Et lui posant quelques questions essentielles :

POURQUOI DEFENDRE DES EDITEURS QUI NE TE PERMETTE PAS DE VIVRE ?

J'y vois une incohérence.... pas toi ?

 

Si tu as besoin d'un éditeur pour te sentir écrivain, l'es-tu vraiment ? L'écrivain digne de ce nom est en marge, forcément, il ne mange pas dans la main des politiques et assimilés

 

Es-tu bien placé pour une telle critique ? Toi qui vends des livres d’un éditeur, donc qui a acheté ces livres à un éditeur pour les vendre... c'est très proche du COMPTE D'AUTEUR... (p.s. : pratique de plus en plus courante... pour obtenir un peu d'argent, les auteurs viennent au salon du livre avec leur livre acheté à l'éditeur avec une réduction)

 

La réponse vous intéresse ?

 

C'est beaucoup trop long...Je ne pourrai jamais répondre à tout ça...par mail ! Car, par la parole, j'y suis prêt. Remettons donc cette discussion (intéressante au demeurant) à une rencontre lors d'un de ces fameux petits (et si agréables, parfois !) salons du coin.

...j'ai mieux compris certaines choses avec ce que tu dis aujourd'hui, s'agissant de ton point de vue sur LA question, notamment ta volonté d'être en dehors d'un circuit commercial, quelque chose comme ça...mais ce que je puis te dire est que, aussi respectable que soit ton point de vue, et autant que je le respecte, je ne suis pas très "partant" pour que tu mettes mon nom sur quelque site que ce soit -ne serait-ce qu'une liste de gens figurant dans un salon-

Ta démarche d'auteur avec Internet est très particulière, très spécifique, trop pour que s'y voir assimilé ne signifie pas quelque part qu'on la partage, je ne sais pas, qu'on s'y réfère, qu'on y est lié. Une fois de plus ton attitude envers l'auto édition est défendable, tu auras certainement des arguments pour me la rendre plus sympathique que ne sont parvenus à le faire des écrivaillons (dans tout l'hexagone) dont il m'arrive de recevoir les oeuvrettes...

 

L’essentiel : les conclusions :

 

Alors, pourquoi tiennent-ils à ce statut puisqu’ils n’en vivent pas (lui s’est lancé dans l’acrostiche, d’autres conservent une activité annexe lucrative...), pourquoi sont-ils contents d’être tenus en chaînes par les éditeurs ?

Avoir un « éditeur mac », c’est pouvoir se prétendre d’un monde d’élus (ah vanité !...), c’est pouvoir prétendre à des reconnaissances qui se monnayent, comme animer des « ateliers d’écriture », des interventions scolaires ou obtenir des bourses d’écrivains.

Dans les deux cas les interlocuteurs sont les politiques. Alain Bénéteau n’est pas un cas isolé, pour ces gens-là, un écrivain doit se soumettre aux éditeurs, les autres ne sont RIEN.

Alain Bénéteau qui refuse toujours de répondre aux questions du webzine... mais les élections régionales approchent, alors...

 

6) Chanson d'actualité...

 
Savoir plaire
 
J'vous ai apporté des bonbons
Parce que c'est trop cher le bourbon
Et j'suis à votre disposition
Si vous avez une commission
 
Faut s'y faire
Dans la vie faut savoir plaire
Si on veut des soutiens en affaires
Faut s'y faire Faut s'y faire
Faut savoir y faire
 
Vous prendrez bien un p'tit café
Avec des chocolat truffés
Je vous invite au restaurant
Pour parler c'est bien plus charmant
 
Tenez c'est trois fois rien
Mais on est tellement content
Votre soutien nous fait du bien
On sait comme il est important
 
Faut s'y faire
Dans la vie faut savoir plaire
Si on veut des soutiens en affaires
Faut s'y faire Faut s'y faire
Faut savoir y faire
 
Ils fument j'pourrais dire arrêtez
Rappeler la loi du bon côté
Mais non tant pis pour ma santé
Faut surtout pas les contrarier
 
Bien sûr je vois qu'ils en profitent
Tout ce qui tombe dans leurs poches
Mais y'a partout des parasites
Du très grand chef c'est des proches
 
Faut s'y faire
Dans la vie faut savoir plaire
Si on veut des soutiens en affaires
Faut s'y faire Faut s'y faire
Faut savoir y faire
 
Vous avez apprécié ce numéro du WEBZINE GRATUIT ?... merci de vous inscrire GRATUITEMENT à  l'un des sites amis :
amis.html
(jeux VOITURES A GAGNER, ARGENT A GAGNER, loteries, documentations, TELEPHONE... 4 HEURES OFFERTES...)
**********************************************************************************************************************
UNE BANNIERE format classique existe désormais pour lesannoncesgratuites.net 
il suffit d'ajouter (avec le bloc note par exemple) sur une de vos pages web : 
<TABLE>
<TR><TD bgcolor="#FFFFFF"><center><A href="
http://www.lesannoncesgratuites.net/" target="_top">
<IMG src="
http://www.lesannoncesgratuites.net/pub2.gif"><BR><FONT face=Verdana,Arial,Helvetica size=1  COLOR="#F4A460" >les annonces gratuites tous domaines automobiles immobilier artistiques don... site références 100% GRATUIT
</A></center>
</TD></TR></TABLE>
copyright : Jean-Luc Petit Ternoise - Mars 2003 - NE PAS REPONDRE A CET ENVOI (adresse non utilisée en lecture)
Contact / Gestion Abonnement (désabonnement,changement adresse mail)
Contact Postal : Jean-Luc Petit - BP 17 - 46800 Montcuq 
accueil du WEBZINE GRATUIT

webzine pour écrivains
regard du webzine sous le versant Presse Musique

Mais aussi rencontres gratuites
Copyright : Contact Montcuq - Cahors

Gestion de votre Abonnement au webzine (désabonnement,changement adresse mail)