Retraites - DECENTRALISATION - Education nationale - CAHORS RTE

Thierry BRENNER

Votre abonnement gratuit au webzine

Ci dessous : la version du webzine envoyée aux abonnés (les envois aux abonnés : aucune pub)

Les livres conseillés..

www.lewebzinegratuit.com
    du réseau
15 376 abonnés

Mensuel gratuit chanson, littérature, observatoire internet, actualité / N°31 / 27 mai 2003

1) Éditorial : Inévitable ? 
2) Interview du mois : Thierry BRENNER avec beaucoup de persévérance, j'arrive enfin à vivre décemment de mes textes
3) Actualité en France :

Retraites - DECENTRALISATION - Education nationale - CAHORS RTE

...
4) OBSERVATOIRE INTERNET et réseau ternoise : CONCOURS CHANSONS, avancées et travaux de juin
5) Chanson actualité : Les rumeurs

 

1) Éditorial :  Inévitable ?

 

Je veux parler de certaines réactions...

Dans leur immense majorité les réactions témoignent de l’intérêt accordé à cette démarche mêlant imprégnation culturelle, actualité, chanson et littérature ; des commentaires, des questions, des critiques...

Mais comme pour tout « média classique », amplifié par le relatif anonymat, la question sur l’inévitable découle des conséquences d’un choix : ne pas réduire la pensée à la compréhension par le plus petit téléspectateur commun, donc aborder internet comme mes autres domaines de création, en considérant que tout ce qui est montré doit répondre à des exigences littéraires, avoir l’ambition de faire réfléchir, élever.

Elever, tirer vers le haut, lecteurs, auditeurs, vers d’autres auteurs, philosophes, aussi.

Que la littérature ait cette ambition se comprend encore (parfois !...), qu’il en soit de même de la chanson me place en opposition patente avec  « les rois du gnangnan »... Et internet ?

Inévitable, dans cette perspective, les insultes ?

Insultes témoignages de « l’air de la bêtise » mais aussi de l’incompréhension des propos...

Un écrivain qui « fait du journalisme » s’expose à des réactions hostiles (alors qu’un journaliste qui fait l’écrivain, nettement moins...) : ZOLA naturellement, aujourd’hui PETER HANDKE...

Désormais, PAGE CONTACT, les messages me seront envoyé uniquement si l’adresse e-mail est valide... des messages « positifs » me sont aussi parvenus avec « adresse e-mail invalide »... si vous êtes surpris(e) de ne pas avoir reçu de réponse, c’est sûrement pour cette raison...

 

La vie du webzine, c’est aussi cela... répercussion bien dérisoire face au champ des possibles ainsi ouvert...

Le dérisoire a eu son paragraphe pour mémoire...En plus des domaines chanson et littérature, le webzine comme vigie du cyber navire ?
 

Bonnes réflexions,

 
Stéphane TERNOISE
 
2) Interview du mois : Thierry BRENNER
                                   "avec beaucoup de persévérance, j'arrive enfin à vivre décemment de mes textes"

 

Souvenez-vous, il a remporté le concours lachansondumois.com en novembre 2001 (en ce temps-là le site espérait produire un cd... ) : Thierry BRENNER, 39 ans, auteur (de chansons) en action

 

Il a terminé l'écriture d'un album pour Julie Avril (Variété française), un Cd single vient de sortir sur un de ses thèmes fétiches,  La danse des nains de jardin, et il peaufine des textes pour un album ("Rideau") qui sort en 2003

 

Le webzine gratuit : - Ton quotidien ?

Thierry BRENNER  : - Ecrire et écrire encore des chansons (plus de 1100 textes dont environ plus de 300 produites)

Mes journées sont bien remplies :

Le matin, c'est travail de paperasserie (bulletins de déclaration Sacem, réponse aux courriers divers, entretiens téléphoniques, mails et petites annonces sur Internet, maintenance du site, si nouveaux titres)

L'après-midi est consacré à l'écriture soit en tant qu'auteur (Textes avant musique), soit en tant que parolier (Textes sur musique)

Attention il y a des jours où la page reste blanche (ça m'a inspiré un texte "Manque d'inspiration) (rires)

 

- Tu as commencé à écrire des chansons quand ?

- Ma date d'entrée en tant qu'auteur à la Sacem, est 1985.

En fait, je me suis lancé dans l'animation radio en 1983. Pendant 10 ans, j'ai donc appris tous les trucs de l'animation (du journal d'infos en passant par les jeux, les interviews et les émissions de variétés) . J'ai côtoyé beaucoup d'artistes en promotion et un jour Greg Creantor m'a posé le défi de lui écrire une chanson ; j'ai saisi la balle au bond, et voilà mon premier 45 tours pressé à titre d'auteur du texte (3000 ventes) .

Mais si on cherche bien, il faut remonter au lycée, en année de Terminale A5, où nous nous amusions avec un copain, sur des musiques déjà existantes, à brosser de petits portraits au vitriol de nos profs les plus marquants, ainsi que du proviseur et du censeur....

Un jour même, on décide de faire une parodie de "Chacun fait ce qu'il lui plaît" du groupe Chagrin d'amour, pour déconner, mais il se trouve que la parodie fait son petit effet :

Nous décidons de prendre contact avec la radio locale (Radio Mulhouse Centre) et voici notre petite parodie (enregistrée sur une cassette pourrie), propulsée à la tête du hit-parade de la station...

 

- Plus de 1000 textes... ce chiffre, avec le recul, quelle impression ?

- On voit les années passer à toute vitesse

C'est une impression de grand vertige, du point Zéro à l'infini

Comme Trenet, je ne me vois pas prendre de retraite dans ce drôle de métier et si à 90 ans, je pouvais encore surprendre par mes écrits, je serai le plus heureux des hommes

 

- Sur 300 titres "en diffusion", combien auto-production ? producteurs indépendants ? majors ?

- Aucun titre en major, quelques 45 tours ont été distribués par Carrère et par la CFD (disparue depuis)

Sans faire le décompte exact, 200 sont des auto-productions d'artistes, 50 ont été travaillés pour des producteurs indépendants, et 50 pour des maisons d'édition régionales.

- Producteurs indépendants c'est ?

- J'ai énormément travaillé avec Titre A sur presque une bonne dizaine d'années.

C'était un travail au coup par coup, un peu un genre de free-lance, il manquait trois titres sur un album, une chanson en anglais ou en italien sur un autre (je n'en fais plus aujourd'hui, je me consacre à ma langue maternelle), une face B d'un single, Titre A pouvait compter sur moi, à chaque fois, pour remplir ma fonction d'auteur ou de parolier selon les cas.

Je n'avais pas de véritable contact avec les artistes pour lesquels j'écrivais, et à la longue, je me suis un peu lassé de cette forme de travail.

Néanmoins avec  Paul Glaeser et Frédérique Zoltane, les responsables de Titre A, nous avons réussi à écrire (eux la musique, moi les textes) une comédie musicale : "Van Gogh le Talent Insolent".

C'est quelque chose qui compte dans la vie d'un artiste.

Aujourd'hui, nos chemins musicaux divergent un peu, Titre A s'est tourné vers la chanson pour enfants, en réussissant très bien dans ce domaine, et moi je reste toujours aussi généraliste (j'écris dans tous les styles)

Récemment, on vient d'écrire quelques titres dance, promis à un bel avenir, je pense...

-  300 titres, combien de compositeurs ? combien d'interprètes ?

- Une vingtaine de compositeurs seulement (non pas que je refuse de nouvelles collaborations, mais je suis très strict sur un point, je veux qu'ils soient membres de la Sacem) N'oublions pas que l'écriture n'est pas mon passe-temps mais ma fonction.

Je ne peux plus me permettre aujourd'hui de travailler avec des gens qui ne respectent pas les règles (dépôt et enregistrement des oeuvres) car il faut que les autres artistes sachent qu'une chanson ne rapporte des droits à ses ayant-droits que si toutes les formalités ont été remplies.

Si un texte est déposé et pas la musique (ou inversement), les droits sont bloqués et en attente un certain laps de temps.

J'ai perdu des sommes importantes dans le passé en travaillant avec des compositeurs qui se foutaient du côté administratif des choses.

Les chansons passaient en radio, en live et ne généraient aucun droit.

- Tu travailles avec d'autres auteurs ?

- Par la force des choses, sur des albums de commande.

Mais je préfère de loin travailler seul (difficile de faire cohabiter deux auteurs sur le même texte, ils ont des vues différentes sur le sujet)

Et puis surtout, j'ai appris à m'intéresser à la vie de l'artiste que je défendais.

Je pense que c'est primordial pour saisir toute l'émotion

 

- Les étapes essentielles ?

- Bizarrement le 1er CD en italien, intitulé "Povero Seduttore" avec en titre 2 : "Les fontaines de Florence"

  1er passage TV (si on met de côté mes propres petites émissions promotionnelles de variété sur le câble, et une participation en 1985 ou 1986 aux célèbres Jeux de 20 Heures en tant que candidat), je l'ai fait sur France 2 un samedi vers 19H dans une émission de Dechavannes "Télé Qua Non" , le 22 février 1997.

J'attendais que le reportage parle un peu de ma fonction d'auteur, en fait ils n'ont que parlé de moi en tant que présentateur d'émission de variété sur le câble !

1er paiement sacem, en 1985, avec 418 francs et 13 centimes (le début de la fortune) (rires)

1er album 100% moi : Septembre 1994 avec l'album de Marc Neville "Ultimes confidences"

Je m'étais donné à fond sur des textes comme "Il sort demain" (la réinsertion d'un prisonnier), "Ma France à moi" (où je citais tout ce que m'évoquait la France sur le plan géographie, histoire, littérature, Arts), "Le vieillard de Barbarie" (une chanson française à l'ancienne sur le Paris début du siècle), "L'ouvreuse" (sur les métiers de l'ombre du septième art) .

Bref 13 textes très chanson française, ou ma plume vagabondait entre rire, réalité et drame . Hélas l'interprétation n'était pas à la hauteur de mes espérances, et le disque n'a guère trouvé son public.

 Dommage car le contact était bon entre l'artiste, le compositeur et l'auteur.

- La prochaine étape essentielle ? (ce que tu attends donc !)

- Mon rêve : bosser avec des grandes équipes (pourquoi pas Obispo, dont j'admire les mélodies), travailler pour des labels ou des majors en recherche de chansons inédites pour artistes signés...

Je suis à la recherche d'une collaboration avec compositeur inspiré et équipé (home-studio, studio) capable de produire bande son de qualité et chansons maquettées avec voix témoin.

J'aimerais également travailler en étroite collaboration avec des labels de production ou des éditeurs sérieux

 

- Tu es en travail actif avec combien d'interprètes, de compositeurs ?

- Une bonne dizaine d'interprètes et quatre compositeurs (d'autres vont se rajouter en cours d'année)

- Tes contacts, rapports, avec "les stars de la chanson française" ?

- Je ne les connais pas plus que ce que j'ai pu lire ou entendre sur eux

J'ai côtoyé beaucoup d'artistes pendant mes années passées en FM, mais je n'écrivais pas encore de façon professionnelle, Dommage !

Les contacter, proposes des maquettes ? C'est toujours les mêmes plans, et à la fin, on finit par se lasser d'envoyer des textes ou des maquettes aux majors ou aux attachés de presse, censés leur faire passer le courrier.

Je connais bien les lettres types de retour du style : « Monsieur après écoute, nous vous retournons votre matériel ... » J'en ai toute une jolie collection, même en anglais pour les bilingues (rires)

J'aime beaucoup l'idée de développer un jeune artiste . Si un label sérieux et responsable est à l'écoute de ces lignes hautes tensions, qu'il n'hésite pas à se manifester

 

- Tu es un "sociétaire professionnel", suivant les critères sacem (3 années de revenu supérieur au seuil) ?

- Je ne suis pas sociétaire pro, je n'ai pas encore atteint le seuil, je ne désespère pas de le devenir un jour, mais il me faudra passer par la case "tube" ou chanson placée sur un album à très grosses ventes

- Tu écris sous d'autres formes que la chanson ?

- J'ai essayé quelques poèmes, mais sans y donner suite

Peut-être un jour une auto-biographie quand je serai tout ridé de partout, si ça intéresse quelqu'un (rires)

 

- Internet, tes attentes ?

- Davantage de rencontres par le net, avec des gens sérieux, passionnés et non dénués

du sens de l'humour et du recul sur soi

je viens d'ouvrir mon site hébergé par un Madeinmusic.com avec une centaine de titres inédits à écouter gratuitement (le téléchargement est forfaitaire) . Le but étant de proposer aux interprètes qui le désirent, une sorte de banque aux chansons inédites (bien entendu, j'ai travaillé tous ces titres avec différents compositeurs) . On en est à un bon millier d'écoutes en quelques semaines, c'est encourageant .

- Internet a changé quoi dans ta vie ?

- D'abord un sens de l'organisation, de la méthode. Sur Internet, il faut savoir se vendre pour exister (sinon votre talent reste noyé dans la masse).

La facilité d'entrer en contact avec d'autres compositeurs et artistes

la rapidité d'exécution des tâches (envoi de courriers, photos, mp3 ...)

- Internet dans dix ans ?

- J'espère que perdurera le système de petites annonces gratuites, le côté système D bien sympa

et cet élan de générosité qui pousse les gens à communiquer à nouveau

 

- L'autoproduction ? ton regard sur ce milieu ?

- C'est un milieu ingrat où il faut se battre pour imposer son talent.

Difficulté de trouver du financement, de la diffusion et surtout de la distribution .

Si quelques médias locaux jouent le jeu de la mise en découverte d'un artiste, combien d'autres ignorent royalement son activité et ne font absolument rien pour l'aider.

Véridique, je connais même des radios locales qui demandent à être payées, pour passer votre CD

Le CSA ferait bien de mettre de l'ordre dans tout ça et une fois pour toutes, envoyer un bon coup de pied, dans cette taupinière à micros.

Je sais de quoi je parle, j'ai fait de la radio mon métier pendant une dizaine d'années.

Fort heureusement un animateur avait encore le droit de programmer des titres, sans se faire taper sur les doigts (mais je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans ...)

 

- Vivre de ce métier sans "la case major", tu crois être un cas unique ou tu connais d'autres auteurs dans ce cas ?

- A vrai dire, se croire unique, serait pure prétention de ma part

Mais il faut dire qu'autour de moi, j'ai beau chercher, comme Soeur Anne, je ne vois rien venir (rires)

Tous les gens que je côtoie dans ce métier, écrivent ou composent à mi-temps, ou encore sont propriétaires d'un studio d'enregistrement ou carrément d'un label, ou enfin, sont artistes affiliés aux intermittents du spectacle.

Mais des ovnis comme moi, qui vivent de leur plume, ça court pas la galaxie.

 

- tu as appris quoi d'essentiel dans "la chanson" ?

- J'ai appris le sens de la vie, la tolérance, à faire du bien autour de moi, avec mes simples mots

 

Pour contacter Thierry BRENNER : textesdechansons.com où il présente quelques textes (l’occasion aussi de consulter sa biographie) 

 

---l'invité, Thierry BRENNER, sa rencontre avec Oscar Wilde

  

3 )Actualité en France
 

a) MANISFESTATIONS contre la réforme du système des retraites...

Est-ce que la distinction PRIVE – PUBLIC est un critère majeur dans l’attribution des RETRAITES ou est-ce que doit primer la pénibilité ?

Est-ce que des avantages acquis prévalent sur la justice sociale ?

Selon les analystes, « l’opinion » juge la mobilisation des fonctionnaires logique... tout en pensant légitime l’alignement du régime public sur le privé...

Et le Parti Socialiste tente d’exister malgré son peu de crédibilité, après les cinq années d’attente de Lionel Jospin... Une gauche cohérente sur « la réduction du temps de travail » aurait résorbé les inégalités PUBLIC / PRIVE par le bas, les 37ans et demi de cotisations avant la retraite pour tous, avant d’ouvrir le grand chantier des 35 heures (jugé plus rentable électoralement ?).

Puisque presque tout le monde reconnaît qu’il FAUT FAIRE QUELQUE CHOSE, après une kyrielle de gouvernements inactifs, il en faudra bien un qui réforme... on aurait préféré un autre ?...

Entendu à la radio comme slogan des manifestations : «aujourd’hui, c’est la rue qui gouverne »... si c’était vrai, dans quel état serait la démocratie ? La rue est un contre-pouvoir, comme les médias... mais de là à ce qu’une minorité active impose ses vues ...

Bras de fer entre certains syndicats et le gouvernement donc. Dans les deux cas une vision globale de la société serait préférable, avec comme valeur fondamentale l’égalité, s’entendant comme les mêmes droits et les mêmes devoirs et non le partage des privilèges...

Donc, est-ce que les avantages acquis d’une classe doivent être supprimés ou généralisés à l’ensemble de la population ?

 

Forêt de manifestants qui cache LES ARBRES...DES ENSEIGNANTS EN LUTTE CONTRE LE PROJET DE DECENTRALISATION...

Les syndicats jubilent de leur pouvoir de nuisance, savent pouvoir mobiliser au sujet des retraites mais LE VERITABLE DANGER DE SOCIETE est dans l’inégalité de l’enseignement, qui est déjà dans les faits et SERA DANS LES TEXTES avec le projet Luc Ferry, qui n’est qu’un volet de la décentralisation montré du doigt par votre chroniqueur depuis des mois.

La question du pouvoir n’est pas de savoir où se prend la décision mais si elle est JUSTE et s’applique en DROITS et DEVOIRS à l’ensemble des citoyens... la décentralisation, louable dans l’esprit, aboutit quasi inévitablement à créer des baronnies locales, du clientélisme... faute de contre-pouvoirs locaux.

Veut-on la fin d’une éducation vraiment NATIONALE, d’un système éducatif, certes perfectible mais, ne l’oublions pas, référence au niveau mondial ?

 

b) La France se soumet à 1 400 000 chasseurs. Ils auront la nature, même le mercredi, qui n’est plus un jour de non-chasse. Chaque département décidera... encore une forme de décentralisation qui aboutit à ...

Pourtant les « autres Français » sont de plus en plus attirés par « la nature », les chiffres parlent de 20 millions de cyclistes, 10 millions de marcheurs... MAIS NON, EN PERIODE DE CHASSE IL FAUT LAISSER LA NATURE A CEUX QUI ONT UN FUSIL...(et la chasse de nuit devient légale dans 28 départements...)

Et oui, les chasseurs se sont organisés, représentent un pouvoir de nuisance, peuvent faire basculer... une région...

En France, à cette époque, la capacité de nuisance était encore un élément fondamental de la vie politique...

 

c) Deux anciennes prostituées accusent le président du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel d’avoir participé à des soirées sado-masochistes organisées par le tueur en série Patrice Allègre... et les médias propagent ces propos... comment lutter contre la rumeur ?

 

d) Au Parti Socialiste, l’histoire témoigne qu’un congrès se gagne à gauche. Plus que la victoire de François Hollande (une victoire pour quoi faire ?) on retiendra de 2003 les œillades vers l’extrême gauche, l’accueil en héros de Bernard Thibault, le secrétaire général de la CGT auréolé du dossier des retraites.

Témoignage d’un parti qui ne sait pas où il va ; malgré cette dérives,  ou en contre-partie, Laurent Fabius est le nouveau numéro 2.

 

e) Dans notre série LES EDITEURS N’ONT PAS DE QUOI ETRE FIER DE LEUR LIGNE EDITORIALE : LE ROCHER publie le livre de Brigitte Bardot refusé, quand même !, par GRASSET (qui avait publié le précédent).

 

f) CAHORS : la mascarade du « débat public » est terminée. En toute logique RTE (réseau de transport d’électricité) abandonne son projet de LIGNE A TRES HAUTE TENSION dans LE QUERCY BLANC.

Arrivé dans la région en 1996, j’avais rapidement été « surpris » par la gestion de ce dossier... surtout quand ayant mis ma plume versant chanson au service de l’opposition à cette ligne, le petit jeu m’est apparu risible : dans cette région historiquement de gauche... il me fut conseillé de ne pas m’en prendre à Dominique Voynet « elle est avec nous »... naturellement aucun CD ne pouvait sortir dans cette restriction de liberté de création...

Et durant toute la législature JOSPIN il ne s’est rien passé... visiblement RTE se faisait discret...Les sommités RTE croyaient-elles encore à la faisabilité d’un tel projet qui aurait dévasté une région épargnée ?

Et après la victoire que l’on sait en 2002, il y eut LE DEBAT LOCAL :

Et sur « cette terre de gauche » le dossier a été enterré sous la députation de Michel Roumégoux, majorité présidentielle, opposé aussi au projet !...

« globalement, ce débat a été exemplaire pour la démocratie de proximité. Il  a permis à des gens de « La France d’en bas » de prendre la parole »... la citation émane du journal du débat local, sûrement le rédacteur la trouve aussi ridicule, risible et démagogique que moi, et a ainsi placé en opposition une autre «sommité » : « cette confiscation de la parole par quelques-uns n’était pas logique ».

coût officiel de cette mascarade : 505 695 euros, compte non tenu des dépenses engagées par RTE pour assurer la présentation et l’argumentation de son projet. Il y eut même un site internet créé : 958 visites. Un numéro vert : 167 appels.  Les chiffres vous font sourire ?

RTE a les moyens de s’amuser : créé en juillet 2000, autonome financièrement, juridiquement indépendant de l’EDF, en 2002 sont résultat net dépasse 100 millions d’euros.

Ce compte rendu d’un dossier local au sein du webzine n’a de pertinence que dans l’optique d’analyse des mécanismes de fonctionnement de la société française où la tentation est fréquente chez ceux qui s’expriment de prétendre que tout le monde a pu s’exprimer.

Pourquoi RTE, donc l’EDF, a cédé ? Peu importe le degré de mobilisation, peu importe l’agitation de quelques notables, LA France est devenue un pays OU L’ON NE FAIT PLUS N’IMPORTE QUOI... au niveau des structures d’envergure... SAUF de communication (routier, téléphone mobile)... quant aux PROJETS LOCAUX, industriels, ça continue comme « avant »...

Essayons d’obtenir des avancées dans le respect de LA VIE... Comment ?...   

 

g) Si les automobilistes continuent sur « leur bonne voie », plus de 2000 vies seront épargnées sur les routes en 2003... NON. Cette présentation médiatique ne me plait pas...

Certes en 1981 il y eut plus de 12000 tués sur les routes Françaises ; en l’an 2000 le chiffre repassait sous les 8000 et en 2003 on nous annonce que les premiers mois ouvrent une perspective « moins de 5000 »... mais IL N’Y A AUCUNE VIE EPARGNEE. Seulement des morts, des morts, des morts...

La Suède vise l’objectif ZERO MORT SUR LES ROUTES...

 

 

4) OBSERVATOIRE et réseau ternoise.net

 

http://www.salondulivre.net : GAGNEZ BRACONNIER D'EAU DOUCE de Michel Carcenac... l'un des premiers auteurs à qui vous pouvez poser vos questions

music-sorties.com GAGNEZ le cd EN VERT ET CONTRE TOUT de MAGALI FORTIN

textesdechansons.com : de nouveaux textes, de nouveaux auteurs... et la semaine prochaine, une nouvelle forme de consultation des textes : les ajouts de la semaine... pour les fidèles du site... aux 102 auteurs

 

promos-promotions.com  : si vous vous méfiez du GRATUIT, genre vraigratuit.com, pensez aux PROMOTIONS... AVEC référencées les meilleures offres TELEPHONE, banque (la carte bancaire qui restitue 1% de la consommation... vous en avez entendu parler ?...), DVD...

 

LES CONCOURS CHANSON MUSIQUE
LE 5 EME TREMPLIN DES STARS 2003 GRAND CONCOURS DE CHANT FRANCOPHONE 14 15 16 NOVEMBRE 2003 FORUN DE LAUDUN (gard)
concours utopia et naturellement LE PRIX AUTO PRODUCTION 2003 acceder à la liste

 

Le numéro 30, votre note : 16,3
Votre note, sur 20, pour ce numéro

 

Juin : chansons.org l'annuaire de plus en plus visité va revoir son mode de fonctionnement... A SUIVRE...

 

5) Chanson d actualité... 

 

Les Rumeurs
 

Chaque jour des rumeurs
Plus vite que les machines à vapeur
Passent d'aigreur à aigreur

Chaque jour des rumeurs
Reviennent nous fendre le coeur
Nous gâcher bien trop de quarts d'heures

 

Les rumeurs de nos jeux de coeur
Rumeurs de nos mauvaises humeurs
Ces rumeurs du besoin d'erreurs

Moteur de tant de moqueurs

 

Comme tout le monde j'écoute
Les magouilleurs les mauvais coucheurs
Je ris des démentis

 Comme tout le monde je lis
Même si j’dis « jamais j'achète »
Bien trop souvent je feuillette

 

Les rumeurs de nos jeux de coeur
Rumeurs de nos mauvaises humeurs
Ces rumeurs du besoin d'erreurs
Moteur de tant de voyeurs 

 

Celui qui est la proie

S’il dément est-ce que quelqu’un le croit
Jamais d’fumée sans joie

 Et s’il les laisse médire

On les voit se réjouir

C’est la gloire sur les trottoirs...

 
Vous avez apprécié ce numéro du WEBZINE GRATUIT ?... merci de vous inscrire GRATUITEMENT à  l un des sites amis :
amis.html
copyright : Jean-Luc Petit Ternoise - Mai 2003 - NE PAS REPONDRE A CET ENVOI (adresse non utilisée en lecture)
Contact / Gestion Abonnement (désabonnement,changement adresse mail) :
Contact Postal : Jean-Luc Petit - BP 17 - 46800 Montcuq 
 
accueil du WEBZINE GRATUIT

webzine pour écrivains
regard du webzine sous le versant Presse Musique

Mais aussi rencontres gratuites
Copyright : Contact Montcuq - Cahors

Gestion de votre Abonnement au webzine (désabonnement,changement adresse mail)