Le parti pris du Dictionnaire culturel en langue française d’Alain Rey

abonnement gratuit au webzine

Les livres conseillés..

Toute pensée non-conforme devient suspecte - André Gide
Toute la mission de l’édition est de faire du livre un produit demandé et acheté - Le Dictionnaire culturel en langue française - Le Robert
Le réseau Ternoise participe à un challenge inter-sites : manière aussi de mesurer l’audience réelle... et VOTRE SOUTIEN... Il vous est demandé : remplir un devis pour obtenir le meilleur tarif en assurance auto, habitation, santé, vie ou moto... (moyenne affichée : 40% moins cher que notre assureur actuel... selon un sondage auprès de 5.000 internautes). Accès GRATUIT ET SANS ENGAGEMENT
SOUTENIR le WEBZINE autrement : PROFITANT des OFFRES GRATUITES sites PARTENAIRES
- Vous pouvez naturellement LIRE sans participer à la moindre action !...
lewebzinegratuit.com
    du réseau
49 081 abonnés

Mensuel gratuit chanson, littérature, observatoire internet, actualité / N°61 Janvier 2006

1) Éditorial : Le parti pris du Dictionnaire culturel en langue française d’Alain Rey
2) Interview du mois : Maxime Z. SOMÉ - lauréat du prix http://www.salondulivre.net
3) Livres et cd A GAGNER: Créateurs à découvrir...
4) Actualité en France : les chiffres de la musique téléchargée sur Internet - Google et des éditeurs français - la tentation du Malade imaginaire - France Soir - Clemenceau - Outreau suite...
5) Réactions au WEBZINE PRECEDENT : Nicolas Sarkozy et la SACEM... une forme de réponse à l’édito du webzine numéro 60
6) Web et réseau : Artistes sur www.autoproduction.info et chansons.org
7) Chanson actualité : Avocats

Editorial
Le parti pris du Dictionnaire culturel en langue française d’Alain Rey
Alain Rey fut le premier collaborateur de Paul Robert en 1952. Paul Robert : une référence de l’auto-édition : Il a créé la société Le Robert pour auto-éditer ses dictionnaires.

Fin 2005, Alain Rey recevait du ministre de la culture et de la communication le titre de commandeur dans l'Ordre des Arts et des Lettres. Sa chronique sur France-Inter est un gage de notoriété.
Le Dictionnaire culturel en langue française est spécifié sous sa direction.
Battage médiatique sans précédent pour une sortie dans ce domaine : dictionnaire qui se prétend (édito) essentiellement critique, avec 1300 articles culturels, les encadrés.
Et pourtant ! Et pourtant !
Ne pas reconnaître sa propre activité est toujours surprenant, significatif : quatre ans après le COFFRET GRAND ROBERT, encore dans ce Dictionnaire culturel en langue française, rien entre auto-école et auto-érotique, aucune entrée Auto-édition.

Le terme auto-édition est pourtant présent ! A l’entrée : SAMIZDAT.
Samizdat (1960 ; EMPRUNT au russe, auto-édition) diffusion clandestine, dans l’ancienne U.R.S.S. des ouvrages interdits par la censure.
Limiter à l’ancienne U.R.S.S. est déjà inexact. Le bloc de l’est sous emprise communiste aurait été préférable, Milan Kundera ayant par exemple publié en samizdat en Tchécoslovaquie.

En 4 ans, une entrée a néanmoins été retirée : s’éditer (verbe pronominal) où il était noté : il s’édite à compte d’auteur.
Hé bien non, monsieur Rey, c’est impossible ! il peut être édité à compte d’auteur ou utiliser les prestations d’un éditeur recourant au compte d’auteur mais s’il s’édite, il ne passe pas par un éditeur, il s’auto-édite...
L’entrée éditeur a subi peu de retouches, on y trouve toujours livre édité à compte d’auteur (ce qui est possible !).

Qu’est-ce qu’un éditeur dans cette version dorénavant officielle ? personne qui fait paraître un texte après l’avoir établi (cette définition didactique me convient) ; personne ou société qui assure la publication et la mise en vente (d’ouvrages imprimés) (ce sens courant aussi).
auteur-éditeur est simplement signalé comme existant dans le cadre d’une apposition de termes. ( auteur-editeur.net est aussi un site où je présente l’auto-édition)

Autoproduction est de même absent.

Nous existons sans autorisation du microcosme officiel !
Ainsi toute autoproduction médiatique devra taire son nom. Francis Cabrel ne proclame pas être un artiste autoproduit distribué par une major.

Arrêter d’utiliser des termes non consacrés par Alain Rey ?
A l’entrée écrivain :
Les grands écrivains n’ont jamais été faits pour subir la loi des grammairiens mais pour imposer la leur (Claudel)

[Quelques commentaires sur le détournement de cette citation, c’est inévitable !]
Alors, pourquoi cette négation de la réalité ?

L’article édition apporte sûrement, involontairement ?, une réponse. Il est signé F.M. (Fabrice Moulin) : toute la mission de l’édition est de faire du livre un produit demandé et acheté.

L’indépendance artistique est un tabou ? Toute pensée non-conforme devient suspecte...

J’ai oublié le jour de première lecture de cet aphorisme, alors noté dans un coin. Au mot conforme, le DCLF est précis :
[En France] Toute pensée non-conforme devient suspecte et est aussitôt dénoncée (A. Gide, Journal, 15 janvier 1945)
En 2006 ? Est aussitôt ? Censurée, niée... ou proclamée parole d’évangile si elle émane d’une sommité ! L’idée n’est plus le critère majeur mais il convient de vérifier qui s'exprime... en sachant que de nombreux médiatisés sont tenus par leur créneau... l’analyse se complique mais l’on peut encore revenir à George Orwell et son précepte : qui a le pouvoir réécrit l’histoire...
Quant à webzine... apparition :
Anglicisme : magazine électronique amateur uniquement sur internet.
Amateur est naturellement un jugement. Opposé à professionnel ou sérieux ?

Le terme Web vient démontrer que parfois Alain Rey a des difficultés à définir de nouveaux concepts...
En 2001 : réseau informatique mondial, réunissant les millions de ressources, de pages consultables
Les millions de ressources témoigne, disons par euphémisme, d’une imprécision.
Cette définition a été revue en 2005 : partie d’internet regroupant tous les sites du réseau mondial et reposant sur le principe des liens hypertextes.
Pourrait mieux définir ! Mais c’est déjà un progrès !

Un dictionnaire est aussi une vision de la société. Ce dictionnaire est marquée par l’époque où la culture officielle reconnaît sa dépendance politico-médiafric : Webzine reste AMATEUR, auto-édition et autoproduction n’existent pas (autofiction et autofinancement sont sûrement plus appropriés...). Est-ce qu’Alain Rey va rendre sa médaille... ou sortir un dictionnaire... du 21eme siècle !?
Dictionnaire culturel du 20eme siècle, c’est ainsi qu’il faudrait renommer cette contribution.

Finalement, cette vision restrictive est un pari réussi, elle assure au DICTIONNAIRE CULTUREL EN LANGUE FRANCAISE le soutien du microcosme et même un chroniqueur (amateur) critique en conseille l’achat ! Mais le chroniqueur est indépendant alors que les professionnels...
En bénéficiant du prix exceptionnel de lancement de 230 euros TTC jusqu'au 31/03/06 (soit 218,50 euros après la réduction de 5%). en franco de port (4 volumes, envoi sécurisé, avec enchevêtrement de trois cartons !)
Le COFFRET GRAND ROBERT (6 volumes) est à 376,20 euros

Bonnes réflexions,
Stéphane Ternoise,

Interview du mois :   Maxime Z. SOMÉ - lauréat du prix Salon du Livre du net
Maxime Z. SOMÉ, écrivain burkinabé, est né au Sénégal. Docteur d'État ès Lettres et Professeur Certifié de Lettres Modernes, il enseigne en région parisienne. L'ombre de la vie est son cinquième livre publié. INTERVIEW

- Age et activité professionnelle ?
- J’ai 46 ans passés, cela fait beaucoup car vu de France beaucoup ne s’imaginent pas que sous les Tropiques, en tout cas dans les pays sahéliens, l’espérance de vie est aux environs de 40 ans. La pandémie du sida l’a tirée ces dernières décennies entre 30 et 35. Bref ! Je suis enseignant. Chercheur associé au Laboratoire Modélisation, Dynamique et Corpus des langues de l’Université de Nanterre-Paris X. Je m’occupe également de l’aménagement linguistique et des politiques éducatives et dirige la Revue Recherches sur les langues, littératures et civilisations d’Afrique.

- Parcours (résumé !)
- Ma vie est un parcours tout à fait classique. Une enfance dans mon village de Bapla au Burkina Faso. Cette jeunesse a été marquée par l’adhésion à un mouvement de jeunesse, le scoutisme. Je suis désormais membre de trois réseaux de chercheurs de l’Agence universitaire de la Francophonie : Réseau observatoire du français et des langues nationales, Réseau sociolinguistique et dynamique des langues, Réseau étude du français en francophonie. En 2004, j’ai été nommé membre du Comité des 15 experts de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique/Académie africaine des langues. Dans ce cadre, je travaille sur des projets qui ont pour objectifs de rendre visible les langues et les cultures d’Afrique dans le Cyberespace.
- Niveau publications ?
- Je suis l’auteur de plusieurs romans et divers articles sur le sujet des langues et cultures d’Afrique.

- Votre premier livre fut publié en quelle année ?
Mon premier ouvrage, Bouffe mortelle est un recueil de nouvelles qui a été publié en janvier 1999. Certaines de ces nouvelles sont actuellement étudiées dans des classes de lycées sous la direction du Groupe Interlignes de l’Académie de Versailles.
- Vos livres vous ont apporté ? Notoriété ? Progrès dans l’écriture, l’analyse ?...
- C’est un point de vue. Je ne sais ce qui est de la notoriété. Et cela n’est pas ma préoccupation. J’écris pour autre chose. Par exemple je fais très attention pour réaliser des progrès dans ma façon d’écrire. Oui réaliser des progrès dans mon écriture et faire une analyse fine de la société, de l’âme, voilà ce qui me préoccupe. Honnêtement, je ne cherche pas à plaire. Toutefois lorsque cela arrive, je suis très heureux comme un bébé sans souci, car je me sens compris. Mais, si cela n’arrive pas, je suis également heureux dans ma solitude, même incompris, j’ai le bonheur de l’ermite.
- Pourquoi participer à des prix littéraires ? (première fois ?)
- Franchement, à côté de la joie qu’un prix procure pour celui qui a écrit, j’ai en même temps peur de la réception de l’oeuvre... nous vivons une époque où le formatage des esprits se fait à haute dose. Beaucoup de gens lisent par procuration.... Mais tout de même après avoir lu le règlement, j’ai adhéré à cette philosophie du respect du lecteur, cela m’a décidé.
- Ecrit-on d’abord pour soi ? Pour se connaître ?
- Oui, j’écris énormément pour moi-même. C’est égoïste me dira-t-on. Mais cette liberté permet d’aller à la rencontre d’un lecteur, d’une lectrice qui découvre ou qui se retrouve dans l’autre qui écrit pour partager cette chose immatérielle : l’idée. J’écris pour témoigner.
- On montre pour changer certaines choses ? auteur militant ?
- Oui, n’ayons pas peur des mots. Cela ne semble pas politiquement correct ni littérairement correct, mais je n’écris pas pour faire rêver seulement. Oui il faut s’engager en fonction de ses convictions, on montre, on dénonce pour faire prendre conscience. Oui comme le disait Antonin Artaud : il faut secouer la masse inerte.
- Vous voulez changer le monde avec la littérature ?
- Oui, je parlais du formatage des cerveaux. Il y a une chose plus inodore mais mortelle, c’est la mainmise de l’économie et du politique sur le littéraire. Si la littérature ne changeait pas la vision sociale, alors pourquoi la coalition de ces deux forces sociales ? Un phénomène heureux ou malheureux aux USA, et on inonde le monde de romans sur le sujet. Nous ne devons pas renoncer même en étant le poids plume à travers le travail des écrivains indépendants, avec le soutien des maisons d’éditions et libraires indépendants, avec le soutien des prix littéraires indépendants, il faut diffuser la pensée pour maintenir et sauvegarder la diversité culturelle.

- L’Afrique et l’Occident, qu’ont-ils de plus important à apprendre l’un de l’autre ?
- Après avoir connu de brillantes civilisations –Egypte, Zimbabwé, Koush... l’Afrique a connu un déclin, mais les sages et les savants honnêtes reconnaissent les fondements africains dans la culture grecque... ce qui est à la base de l’occident gréco-latin. Aujourd’hui l’occident semble être le monde de la froideur technologique, de la déshumanisation. Toutefois elle peut apporter à l’Afrique l’efficacité et la rigueur. L’Afrique peut réapprendre à l’Occident l’humanisme perdu. L’homme au centre du développement et non l’inverse.
- Au-delà de l’espérance de vie, du confort, comment analysez-vous les relations Afrique – Occident ?
- Le confort, encore une vue de l’esprit... d’ici ! Un tour en Afrique, on se pose la question où est le confort. Méfions-nous de la misère que l’on étale de l’Afrique... Il y a la pauvreté, c’est une réalité... Mais imaginons si à longueur de journée, on présentait les SDF, les immeubles insalubres de Paris ou de New York... on finira par croire que la France ou les USA sont des pays pauvres... Avec la télévision satellitaire, au moment des incendies dans des immeubles insalubres à Paris, des amis et des parents me téléphonaient d’Afrique pour avoir des nouvelles. Le formatage des cerveaux par l’image... Je les rassurais en disant que je vivais dans un petit village sans immeuble. Il faudrait un langage de vérité. Et surtout éviter le discours convenu et les provocations sur les choses douloureuses comme par exemple la loi irresponsable de février sur les bienfaits de la colonisation. Personne n’est responsable de cette rencontre historique entre des peuples. Surtout ne légiférons pas, ne cherchons pas à légiférer pour satisfaire le fantasme d’un électorat.
- Vous considérez-vous à cheval sur deux cultures ?
- Question difficile... mais la réponse me semble pourtant simple. Je ne suis pas à cheval. J’ai mes racines qui vont chercher la sève dans mes origines africaines et les feuilles captent l’oxygène dans l’air occidental pour la photosynthèse... et cet arbre donne des fruits, l’homme du village planétaire.
- L'ombre de la vie : comment est né ce roman et pourquoi ? ?
- Les événements récents dans les enclaves espagnoles en Afrique du Nord me font réfléchir effectivement sur les origines de ce roman. Un petit cireur rencontré un jour m’a parlé de son rêve. Mon imagination a fait le reste. J’ai brisé son rêve pour qu’il trouve le bonheur autrement après avoir connu des trahisons et trouvé la rédemption.
- Les plus grandes difficultés ? (écriture et publication)?
- Dans ce choix assumé, une des plus grandes difficultés c’est de s’organiser pour avoir du temps pour sa famille et ses amis. Ne pas me couper du monde. Vous avez raison de poser la question de la publication. La littérature francophone est orpheline en Afrique et en France. Les auteurs n’arrivent pas à se faire éditer car les maisons d’éditions n’ont pas de moyens ou bien n’osent pas prendre de risque. En France, les grandes maisons qui ont pignon sur rue choisissent un ou deux auteurs par génération... tant pis pour l’illustre inconnu(e) qui arrive après avec un excellent manuscrit ! Indirectement les thèmes sont imposés. Où est la liberté du créateur ? au secours Diderot (Jacques le fataliste), au secours Stendhal... on assassine des créateurs !
- Où est distribué L’ombre de la vie ?
-L’ombre de la vie est diffusé par les Editions JEL. En France l’ouvrage est référencé et distribué dans toute les FNAC. SERVEDIT diffuse les ouvrages JEL dans le monde. Au Sénégal, on trouve l’ouvrage à CLAIRAFRIQUE et au Burkina Faso à Jeunesse d’Afrique et à DIAFAC

- Qu’attendez-vous de L'ombre de la vie ? Une adaptation au cinéma ?
- Oui, vous avez raison. Le personnage principal passant de la délinquance à la rédemption grâce à des rencontres singulières qui lui permettent de prendre conscience des valeurs essentielles, parviendra-t-il à réaliser ses rêves ? Voici une question qui se pose... L’histoire située à Ouagadougou, pourtant cette histoire universelle et exemplaire, tragique, pourrait tout aussi bien être adaptée dans les faubourgs de toute grande métropole, sur tout continent... L’ouvrage est facilement adaptable. Beaucoup de lecteurs m’ont déjà dit cela. J’ai confié quelques manuscrits à un mandataire pour rechercher des réalisateurs et des mécènes qui seraient intéressés pour l’adaptation au cinéma. Alors ce Prix littéraire du salon du livre peut servir d’accélérateur... Qui sait ? (éclats de rires)
- Internet... votre site ?... vos attentes ?
-Les nouvelles technologies offrent d’immenses possibilités de diffusion de la pensée. Alors nous devons saisir cet outil... même s’il y a des dangers. Mon site m’a été offert par un ami informaticien. Permettez-moi de le remercier. Merci André. Profitant de cet outil, je pourrais prolonger la discussion avec les internautes, sur mon site somez.com

- Avenir ?
- Piqué par le virus de l’écriture, je continue de sentir ce besoin d’écrire pour exprimer des visages ordinaires, quotidiens, mais qui sont l’âme des peuples. Je ne suis pas de ceux qui pensent qu’il faut assassiner le père pour exister. Le champ est vaste, les sujets sont nombreux... les ressorts sont toujours les mêmes – amour, pouvoir, argent. Maintenant comment l’exprimer à chaque époque et à chaque endroit, voici les préoccupations...

Rencontre avec... SENEQUE...
Sénèque, peu de temps avant sa condamnation à mort par Néron, écrivait à Lucilius
SENEQUE, oh magie du net, rencontre le lauréat du prix SALON DU LIVRE du NET : www.lewebzinegratuit.com


Livres cd A GAGNER :  créateurs à découvrir
Sur http://www.salondulivre.net : A GAGNER 3 exemplaires Quelle planète Terre pour les générations futures ? de Joël GALLISSOT
Chez l'auteur : Joël GALLISSOT - 7 rue des Chioz - 70190 VORAY SUR L'OGNON - FRANCE 15.50€TTC +1.40€ de frais de port
(envoi du livre à réception du chèque bancaire ou postal)
Sur www.autoproduction.info... A GAGNER : 4 CD Ton sanctuaire blanc de Jean Michel Rubin
Certains penseraient Auteur Compositeur Interprète, d'autres me qualifieraient de chanteur à texte... Jean Michel Rubin... 40 ans... 20 ans après son premier 45 tours (Je ne veux pas mourir à la guerre alors illustré par le dessinateur CABU)
Email : jmrubin@autoproduction.info

Sur http://www.salondulivre.net A GAGNER 3 exemplaires de la fantaisie poétique Extravagances mycologiques de César CASSARINE...
César Cassarine est né en Italie, un jour de transe. Cadre dans une entreprise publique dont il connaît la musique par coeur, César fréquente poètes, muses et saltimbanques depuis l'adolescence. Influencé par l'invention poétique des troubadours, attiré par l'exploration surréaliste, passionné par les sons et les parfums qui tournent dans l'air du soir, César a retrouvé ses couleurs en prenant la plume. La parole est un pouvoir à conquérir. Chanter, déclamer, jouer, lire, écrire, discourir, rêver et même danser... César apporte sa touche de créativité à des revues telles que : Missives, La revue des sciences, arts et lettres de la Corrèze, Espiègle, rêver, etc.
Animateur d'un atelier d'écriture au café-lecture : Les Augustes à Clermont Ferrand, il favorise la rencontre entre le sillon noir de l'écrit et la voix qui sommeille au dessous.
César Cassarine est l'auteur de :
deux recueils de poésie : Jeune éthique et chistera et Envisagée
une fantaisie poétique : Extravagances mycologiques
un essai : Les pauvres et la richesse
commande Envisagée 11,95 euros à :
Extravagances mycologiques 12 euros à :
César Cassarine - 16 Av de la Croix des Sources - 19200 Ussel FRANCE

www.autoproduction.info : A Gagner 4 albums BARCELONE par LES FRERES DELABONE

Stéphane Ternoise : Théâtre de Ternoise et autres textes déterminés
3 exemplaires à Gagner Sur http://www.salondulivre.net
2005, 19 euros
Format 14,8 X 21 - 288 pages - ISBN : 2-9506158-9-9



 Actualité
a) A l'Assemblée nationale, le président de la Commission européenne, Jose Manuel Barroso, admoneste une France de la tentation du Malade imaginaire.

b) Les chiffres de la musique téléchargée sur Internet
Comme désormais chaque année, quand s'ouvre (samedi 21 janvier), à Cannes, le Marché international du disque et de l'édition musicale (Midem), la Fédération internationale de l'industrie phonographique (IFPI) publie les chiffres des ventes mondiales de musique téléchargée sur Internet ou sur téléphone portable.
Les téléchargement ont triplé en 2005, pour une valeur de 1,1 milliard de dollars (soit désormais 6 % du marché de la musique).
60 % des revenus proviennent d'Internet (40 % de la téléphonie mobile)
l'IFPI ose même un pronostic : les ventes de musique numérique représenteront 25 % du chiffre d'affaires mondial de la musique en 2010 . Souvenez-vous des notables qui riaient récemment d’internet...]

420 millions de titres single ont été légalement téléchargés en 2005 (vingt fois plus qu'en 2003) sur 335 plates-formes légales.
Les catalogues seraient de 2 millions de singles et 165 000 albums.
Le premier marché, avec 353 millions de titres téléchargés, est naturellement les Etats-Unis, devant le Royaume-Uni (26,4 millions), l'Allemagne (21 millions) et la France (8 millions)

c) Alors que LIBERATION oscille régulièrement vers la tentation de la grève, France Soir consulte les offres de la dernière chance.
La trésorerie du journal ne permettrait pas de tenir au-delà du 30 janvier...

d) Lycée professionnel Louis-Blériot à Etampes. Karine Montet-Toutain agressée à coups de couteau.
Rapport de l'Inspection générale remis au ministre Gilles de Robien : l'Education nationale n'a rien à se reprocher ! aucune faute caractérisée
Me Koffi Senah, l'avocat de la victime, déclare sur LCI : Mme Montet-Toutain est complètement effondrée. Elle a encore le sentiment, une nouvelle fois, comme d'autres enseignants en France, qu'elle n'est pas du tout écoutée.

Surprenant : Gérard Pourchet, inspecteur, déclare au sujet de menaces de mort : c'est parole contre parole: il y a eu, et nous la croyons, une fiche rédigée par Mme Montet-Toutain. Cette fiche (...) nous ne l'avons pas vue.
Des documents disparaissent donc ?...
Les signalements écrits sont toujours transmis à la proviseur. La procédure a été respectée, mais on ne retrouve pas la fiche ( dixit Monsieur Pourchet)

e) L'amiante du porte-avion Clemenceau, destiné à être désossé, donc désamianté en Inde...
L'entrée du canal de Suez pour excès d'amiante lui est refusé. Finalement la France paye et il poursuit sa route. Est-ce que l’Inde acceptera ce déchet toxique ?

Le Clemenceau était un symbole tricolore, son agonie peut servir de symbole ?

f) Monsieur Houillon, rapporteur de la commission d'enquête sur les dysfonctionnements de l'affaire d'Outreau, estime que le juge Burgaud, qui sera entendu le 8 février, devrait démissionner dans l'heure.
Un avocat de ce juge Fabrice Burgaud et l'Union syndicale des magistrats s’indignent de ces propos...

M. Houillon a donc osé s’exprimer... la classe politique, hormis Elisabeth Guigou (qui ne participe plus aux auditions privées : J'estime que c'est un droit pour la collectivité nationale d'avoir accès à toute l'information), semble bien frileuse...
OUI : ce juge, face aux conséquences de ses actes, devrait démissionner. Et non se réfugier derrière son code de procédure. Mais bon, quitter ses fonctions, en France... Il attend une promotion ?...

g) Le magazine (plutôt tenu par des libraires) Livres Hebdo, a titillé nos grandes maisons d'édition françaises :
des centaines d'ouvrages protégés par le droit d'auteur sont numérisés partiellement sur la bibliothèque francophone Google.
Couverture des livres, références et parfois plusieurs pages.
Réponse de GOOGLE : l'ensemble de la bibliothèque virtuelle respecte la convention de Berne sur le droit d'auteur.

Mais des procéduriers prétendent que l'extrait d'un livre est soumis au droit d'auteur... rien n'est vraiment gratuit dans le droit de la propriété intellectuelle...
Seule la citation est gratuite à condition qu'elle ne dépasse pas un paragraphe selon Serge Eyrolles, président du Syndicat national de l'édition.
Un journal du lobby des libraires est naturellement à l'origine de ce combat annoncé : il ne s'agit pas de DROIT D'AUTEUR (les extraits, c'est une promotion GRATUITE des livres) mais de lieux d'achat...
Je ne fréquente plus les librairies depuis que j'achète sur internet...

Réactions au précédent webzine... : Nicolas sarkozy et la SACEM... une forme de réponse à l’édito du webzine numéro 60

Selon Nicolas Sarkozy la licence globale va à l'encontre de la diversité culturelle et est économiquement inconciliable avec le développement d'une offre légale, riche et diversifiée.
Naturellement, il faut resituer cette déclaration dans le contexte d’un ministre de l’intérieur dont le bastion est situé à Neuilly...
Une lettre me parvient justement de Neuilly fin janvier :
Sacem – 225 avenue Charles de Gaulle – 92528 Neuilly-Sur-Seine Cedex. Un grand (écrit en grand) appel à la mobilisation :
Dans un contexte de forte mobilisation des auteurs, des compositeurs, des éditeurs et de toute la filière musicale, nous avons besoin de votre engagement pour défendre votre existence auprès du Parlement.
Mon esprit (peut-être fatigué ?) traduit : Les notables ont besoin de notre mobilisation pour défendre leur rente ?

L’appel à signature est un modèle du genre d’affirmations péremptoires pour le moins apocryphes :

Si elle était confirmée, cette disposition serait :
- injuste pour les créateurs dans la mesure où leur rémunération deviendrait dérisoire [et dans le système actuel où triomphent leurs auteurs compositeurs inféodés aux grands groupe ?]
- inéquitable dans la répartition des revenus parce que fondée uniquement sur des sondages écartant les auteurs et les artistes peu exposés, [vous ignorez sûrement les possibilités de l’informatique]
- catastrophique pour le financement de la création et des nouveaux talents puisqu'elle entraînerait la disparition des sites légaux, [les sites légaux... combien d’artistes indépendants y sont référencés ? ]
- mortelle pour la diversité et le renouvellement des oeuvres musicales françaises. [c’est le cas de la situation actuelle, du pouvoir de votre oligarchie]


LA PAGE http://www.lewebzinegratuit.com/actu/
les réactions des abonnés... les réponses de Stéphane Ternoise... EXCUSES : PEU DE TEMPS !... UN PEU DE RETARD !...

OBSERVATOIRE INTERNET et réseau ternoise.net


- www.autoproduction.info 1129 sites - 17 EME CLASSEMENT :
1)Madir-Music Production
musiques des îles, séga. Moutia, Maloya, Sallec, Compilation Fiesta de l'Océan Indien Vol 1: île Maurice: Clency Marie, Michel Legris, Groupe N'Sel, Linlin & Ariane
Seychelles: Jean Marc Volcy, Giselle Jean-Louis, Madagasc-r: Groupe Trait d'union, Toria, La Réunion.

2) John Barleycorn :
site officiel du groupe John Barleycorn. 2 titres en écoute. influences : Bashung, Wyatt, Gainsbourg...
Découvrez les 2 concepts albums : le détroit de suzy blue et entrechocs.


3) LULU : Révélé sur la scène des Francofolies de la Rochelle et des Bars en Trans de Rennes, leur premier album « Le Bal des Athlètes » est salué par de nombreuses récompenses en Suisse, Belgique et France (3 Clés Télérama).
Avec un 2ème album « De Bray-Dunes à Menton », remue-méninges qui marque la confirmation d’un groupe au talent incontesté.
Il est le premier volet d’un voyage de chanson où Lulu revisite le pays à la manière d’un Road Movie musical.
- chansons.org 846 SITES - 15 EME classement :

Les webmasters des sites ont reçu un message les informant de la modification du référencement... naturellement toujours gratuit !

1) superfly.fr : Boutique DVD et Disques Vynils Paris - Plus qu'un site web, Superfly est aussi une boutique située en plein coeur de Paris.
Au 41 rue de Tolbiac (Paris XIIIème) vous découvrirez une sélection exceptionnelle de DVD et de vinyls connus et méconnus
-10 % sur tous les disques pour toute personnes venant de chansons.org.


2) PagStation - Blog des musiques actuelles, actualité, chroniques, concerts, mp3... pop, rock, reggae, ska, électro, metal...-

3) Olihya : MP3 pour les petits et pour les grands en libre téléchargement, ainsi que des infos
COMMENT PAYER MOINS CHER VOTRE ASSURANCE ? RENCONTRES sentimentales VRAIMENT GRATUITES

voir rubrique sites amis VOUS INSCRIRE (gratuitement) aux SITES AMIS c'est participer au financement des projets du réseau www.ternoise.net (dont envoi des livres et cd...)


Vous avez un site ? Vous pouvez devenir partenaire privilégié www.autoproduction.info (limité à 75 sites)
 Chanson d actualité...

Avocats

C’est l’honneur de not’ profession
Nous représentons le droit
La justice est not’ vocation
J’comprends pas pourquoi on nous aime pas

Quand 40 000 avocats
Font leur promotion
On aperçoit sous le droit
Un gros paquet de pognon

Y’aura toujours un avocat
Pour défendre un sous-Papon
Y’aura toujours un avocat
Pour conseiller Robert Hersant fiston

Quand 40 000 avocats
Font leur promotion
On aperçoit sous le droit
Un gros paquet de pognon

Rêver d’réformer la justice
Qu’la sincérité suffise
Qu’on renvoie disons dans les bois
Les avocats qui contournent les lois

Quand 40 000 avocats
Font leur promotion
On aperçoit sous le droit
Un gros paquet de pognon


Cette chanson figure dans :
Chansons trop éloignées des normes industrielles et autres Ternoise-non-autorisé, janvier 2006, 15 euros
Format 14,8 X 21 - 192 pages - ISBN : 2-916270-00-0
Soit donc un mois après :
Théâtre de Ternoise et autres textes déterminés, décembre 2005, 19 euros
Format 14,8 X 21 - 288 pages - ISBN : 2-9506158-9-9
Pour la France : franco de port à
Jean-Luc Petit - BP 17 - 46800 Montcuq (FRANCE)
REGLEMENT PAR CHEQUE A LA COMMANDE
Facture sur demande

Rappel au sujet des avocats :
Je ne paie pas un avocat pour qu’il me dise ce que je ne peux pas faire, je le paie pour qu’il m’explique comment je peux faire ce que j’ai envie de faire.
Henry Ford


Vous pouvez vous inscrire à la liste TEXTES DE TERNOISE auteur de chansons :

----MO27-10-01----
Vous avez apprécié ce numéro du WEBZINE GRATUIT ?... merci de vous inscrire GRATUITEMENT à l'un des sites amis :
amis.html
copyright : Stéphane TERNOISE -  Janvier 2006 - NE PAS REPONDRE A CET ENVOI (adresse non utilisée en lecture)


Contact / Gestion Abonnement (désabonnement, changement adresse mail) : ternoise.net
Contact Postal : Jean-Luc Petit - BP 17 - 46800 Montcuq - FRANCE

accueil du WEBZINE GRATUIT

un webzine des écrivains
regard du webzine sous le versant Presse Musique

Mais aussi rencontres gratuites
Copyright : Contact Montcuq - Cahors

Gestion de votre Abonnement au webzine (désabonnement,changement adresse mail)


Le parlement et le droit d'auteur sur internet


Vous pouvez commenter :

Ajouter votre contribution au débat


v


toutes les photos du site.

sur le forum : De Voltaire à Ternoise On ne sait jamais ce qui sera lu...
LIRE NEWS du webzine et commentaires.

Le parti pris du Dictionnaire culturel en langue française Alain Rey