cpe salariat et choc générationnel en France



abonnement gratuit au webzine

Les livres conseillés..

Est-il beaucoup d'Etats qui aient surmonté les périls de la prospérité ? - Sénèque, Lettre 91 à Lucilius, vers août 64
Une petite insertion professionnelle peut apporter certaines connaissances, éventuellement utilisables dans une oeuvre ultérieure, sur le fonctionnement de la société. Mais une période de clochardisation, où l'on plongera dans la marginalité, apportera d'autres savoirs. L'idéal est d'alterner. - Michel Houellebecq, rester vivant, 1991
(ce mois-ci, le lien FONCTIONNE !!!) Inscription en 20 secondes de votre MAIL sur pseudos.info

lewebzinegratuit.com
    du réseau
51 132 abonnés

Mensuel gratuit chanson, littérature, observatoire internet, actualité / N°63 Mars 2006

1) Éditorial : Du salariat au choc générationnel
2) Interview du mois : Nathalie Herranz - Nouveau départ à 25 ans : Écrivain Conseil
3) Livres et cd A GAGNER: Créateurs à découvrir...
4) Actualité en France : Musique : les majors ont gagné - Banques populaires et Caisse d'épargne - Le cauchemar de Philippe Val and coe...
5) Réactions au WEBZINE PRECEDENT : le problème hotmail.fr
6) Web et réseau : Artistes sur www.autoproduction.info - et chansons.org
7) Chanson actualité : La Transition

Editorial
Du salariat au choc générationnel

Une nouvelle crise socio-culturelle en France. Cette fois des manifestations contre le Contrat Premier Embauche.
Un nouveau contrat de travail concocté par Dominique de Villepin, destiné aux plus jeunes. La caractéristique est presque dans l'intitulé.
Avec la possibilité pour l'employeur de se séparer du jeune durant deux ans, sans la moindre justification. Deux points centraux rejetés par les opposants.
L'un pourrait pourtant être considéré comme la levée d'une hypocrisie : comme si la justification actuellement notée lors des périodes d'essais était toujours la cause réelle !
[Tout licenciement, suivant des accords internationaux de droit, doit être justifié... quand il survient après une période d'essai raisonnable ]

Dans une société apaisée, la perte de temps aurait été évitée : le Parti Socialiste s'est engagé à abroger la loi s'il revient à l'Elysée en 2007 ; d'accord monsieur le premier ministre, tentez votre va-tout mais si des dérives sont constatées, dans quelques mois vous pourrez vous consacrer à l'écriture.
Mais nous sommes en France !
Ces nouvelles agitations vont-elles permettre une analyse lucide des perspectives du pays ou n'être qu'une étape dans de vieilles oppositions stériles ?

Deux ans de mise à l'essai serait trop. Les manifestants dénoncent cette précarité. Refusent une initiation à la soumission. [Refusez plutôt le salariat !]
Comme si ce CPE l'instaurerait ! Ils voudraient un CDI, Contrat à Durée Indéterminée. Comme si c'était le cas actuellement ! Depuis des décennies, la majorité des débuts dans l'activité professionnelle, c'est la précarité : le Contrat à Durée Déterminée (j'en ai eu deux) ou intérim. Dans le secteur privé. Pour les salariés, c'est 33 ans, l'âge où une classe d'age atteint (à 90%) le CDI.

Si le projet du CPE est retiré, la précarité persistera. Le gouvernement pourrait aussi l'aménager... Mais nous sommes déjà en précampagne présidentielle... Et comme le NON au texte de Constitution Européenne, ce contrat cristallise les peurs de la société. Un malaise général.
Les causes ? Ni gouvernement ni oppositions ni syndicats ne répondront : un avenir forcément de salarié pour l'immense majorité ; un contrat de salarié ou l'ANPE.
Faire autre chose, c'est toujours prendre des chemins de traverse.

Si les moins diplômés – et par conséquent les non diplômés – éprouvent autant de difficultés à trouver un emploi, c'est aussi une conséquence de l'occupation des places par les diplômés qui auraient les capacités de faire autre chose mais se retrouvent comme dans un entonnoir durant la scolarité, entonnoir menant au salariat.
L'interviewée du mois a franchi le pas. Est sortie volontairement du salariat pour le statut précaire du travailleur indépendant. A 25 ans.

12% des actifs aux Etats-Unis sont soho (small organisation home office) et en France seulement 4% des actifs relèvent des activités libérales.
Activités libérales, à côté des traditionnels, historiques (qui sont sûrement une cause de la mauvaise réputation du qualificatif) avocats, huissiers, notaires : agents artistiques, animateurs, attachés de presse, auteurs compositeurs, chiropracteurs, clown, coach, conférencier, conseils, correcteurs, dessinateurs, enquêteurs, formateurs, guides, stylistes, traducteurs, webmasters...
http://www.travailleurindependant.net est né pour soutenir cette démarche (vous pouvez participer à cette oeuvre utile...)

La proximité des élections présidentielles va susciter les surenchères sur le thème de l'emploi. De l'emploi salarié. De l'opposition patrons – salariés, patronat – syndicats. Alors que le taux de chômage baissera durant le prochain quinquennat, aussi par simple effet mécanique du départ à la retraite de classes d'âges plus nombreuses que celles des nouveaux arrivants.

Le point crucial des prochaines décennies ne sera pas abordé : est-ce que des petits salaires vont accepter de financer des grosses retraites ? Ou les petites retraites trinqueront ? Le choc générationnel est quasi inévitable. Mais comme toujours le pays évitera d'aborder le sujet avant de ne pouvoir faire autrement...

Bonnes réflexions,
Stéphane Ternoise,
Pour tout livre acheté : Une carte postale offerte - il vous suffit de noter la référence ST...
Vous : car cette offre est exclusivement réservée (jusqu'au 27 avril 2006) aux personnes qui liront ce message (donc au-delà des abonnés – votre courriel n'est pas nécessaire pour commander... et votre courriel est suffisant pour recevoir le webzine : aucune donnée indiscrète, inutile, ne vous est demandée...).

P.S. : Raymond Barre (qui se souvient qu'il fut premier ministre et proclamé meilleur économiste du pays ) m'a inspiré un site. Avec son laconique c'est le CPE ou l'ANPE
mais il ne vivait pas à saint pol sur ternoise - ça se sautait !
voyez saint pol sur ternoise saint-pol-sur-ternoise.net pour comprendre !

Interview du mois :   Nathalie Herranz - Nouveau départ à 25 ans : Écrivain Conseil
Nathalie Herranz est la première référencée sur www.travailleurindependant.net
Elle m'avait simplement contacté, exposé fin 2005 l'activité qui serait la sienne début 2006.
En me proposant de vérifier ses compétences. Je lui avais envoyé les trois premiers actes de la pièce de théâtre Dîner, nuit et petit-déjeuner d'écrivains régionaux. Et ses observations avaient été pertinentes...

- Vous avez 25 ans, vous venez de terminer vos études littéraires et vous installez écrivain conseil ?
Non, justement... J'ai bien eu mon Bac Littéraire à l'âge de dix-huit ans, puisque j'ai toujours voulu vivre par et pour l'écriture.

- Comme l'a résumé Marcel Proust : La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, par conséquent la seule vie réellement vécue, c'est la littérature ?
- Oui, forcément... Je ne peux qu'approuver pleinement ! Pour moi, les mots ont besoin d'être couchés sur le papier pour prendre toute leur dimension. Je pense que les mots font partie des clés menant à la compréhension de nous-mêmes, et qu'ils ont encore énormément à nous apprendre. Rien n'est sans signification, ni leur prononciation, ni leur écriture, ni leur étymologie... J'avais donc ce souhait d'écrire, écrire pour moi, et aussi pour les autres. Mais j'ai dû travailler très rapidement, pour des raisons matérielles et financières... Et donc, je n'ai pas pu continuer mes études et me suis rapidement lancée dans la vie active, avec seulement le bac en poche. Je pensais à l'époque que je ne pourrais pas vivre de cette passion littéraire, et je croyais m'être fait une raison...

- Parcours atypique ? Ou alors on arrive le plus souvent à écrivain conseil par des chemins sinueux ?
- Pour ma part, j'ai tout de même suivi un parcours atypique, oui... J'ai rapidement travaillé après le bac, dans les secteurs les plus recruteurs à l'époque puisqu'il fallait bien vivre ! D'abord dans le conseil clientèle, puis, de fil en aiguille, je suis devenue chef de production d'une unité d'édition laser de mailings publicitaires. Cette expérience m'a beaucoup appris, humainement et professionnellement, et m'a donné les compétences de gestion et d'organisation nécessaires, à mon sens, pour s'installer à son compte. En plus de la gestion du service, je devais veiller à ce qu'il n'y ait aucune coquille (orthographique, syntaxique ou typographique) dans les textes avant le lancement de l'impression... Ce détail m'a permis de ne jamais couper le lien avec l'écriture.

- Il n'existe pas de filière professionnelle pour écrivain conseils ?
Certains de mes confrères ont suivi une formation officielle d'écrivain public avant de s'installer : il en existe deux, une licence professionnelle délivrée par la Sorbonne à Paris et un DU délivré par l'université de Toulon et du Var. D'autres ont suivi un parcours totalement différent : il y a beaucoup de littéraires, d'anciens journalistes ou professeurs de français, sans compter les reconversions surprenantes de certains. C'est ce qui fait la force et la faiblesse de la profession, à mon sens... La force parce que le métier est ouvert à toutes les compétences, il y a une grande tolérance, ce qui est rare de nos jours. Quand on est passionné, on peut se lancer, sans être bloqué par les a priori classiques de l'âge, du diplôme. On n'est pas bloqué... même si on y est parfois confronté, bien entendu ! Il faut avoir la tête dure et beaucoup de détermination ! La faiblesse parce qu'étant donné cette grande liberté, certains (peu nombreux, mais il y en a...) s'installent peut-être parfois avec plus ou moins de sérieux, en ayant plus ou moins réfléchi aux implications de leur décision et aux compétences que l'on sera en droit d'attendre d'eux... Cela peut desservir l'image de la profession, mais d'une manière toutefois limitée. En effet, je pense que ceux qui tiennent, ceux qui réussissent surtout à convaincre et fidéliser une clientèle n'ont pas de souci à se faire, c'est cela qui fait la différence et démontre leurs capacités et leur professionnalisme.

- Vous connaissez de nombreux collègues concurrents ?
- Oui, il y a une grande solidarité dans l'ensemble de la profession. La plupart sont adorables. Nous pensons que plus nous serons nombreux, plus le métier sera connu et reconnu pour ce qu'il est réellement. De plus, la palette de compétences de l'écrivain conseil est tellement vaste que nous sommes nombreux à nous être spécialisés dans des domaines différents. Je pense qu'il faut accepter la concurrence honnête et composer avec elle. Je suis une des seules, il me semble, à m'être spécialisée dans la relecture et la correction d'oeuvres d'auteurs. Il y aussi des spécialistes biographes, calligraphes... Ce sont nos compétences et nos particularités qui fidélisent notre clientèle, et il y a de la place pour tout le monde ! Je fais partie du GREC (Groupement des écrivains Conseil), les membres sont chaleureux et nous échangeons le plus possible sur nos activités par des conseils, des tuyaux, ou tout simplement nos impressions... Ce groupement prend en compte l'aspect humain et vivant de la profession, et c'est essentiel à mon sens.

- Le changement d'activité était programmé ?
- Non... Je continuais à lire énormément, et à écrire pour mon plaisir, mais je ne savais pas si ma vie professionnelle m'offrirait un jour la possibilité de changer de voie. Tout doit tellement entrer dans les normes aujourd'hui... Tel cursus, tel métier... Mais tel cursus veut aussi dire telle école, et donc telle facture ! On n'est finalement pas encore vraiment égaux devant les études supérieures, lorsqu'on doit s'assumer seul par exemple. C'est encore l'argent qui détermine bien des choses... Et pas toujours les capacités.

- Quel fut le déclic ?
J'ai réalisé que j'avais appris à apprécier mon travail, mais que je ne m'y épanouissais pas pleinement. Cela faisait cinq ans que je travaillais sans arrêt. Cela m'a beaucoup appris et je ne regrette rien, bien au contraire. J'avais réussi, en partant de peu, à atteindre une position intéressante dans l'entreprise où je travaillais. Cela peut paraître extrêmement simpliste, mais je me suis demandé ce que mon travail m'apportait réellement, et ce que j'apportais, moi, aux autres... Quel était le sens de tout cela ? Je me suis alors posé la question de savoir quel métier j'aurais choisi si je n'avais eu aucune contrainte et aucune limite. Si j'avais dû me fier seulement à mes goûts et à mes aptitudes... Car je pense que nous avons tous une vocation naturelle, une prédilection pour un domaine particulier, qu'il s'agisse d'horticulture, de médecine, de science ou que sais-je, mais que la vie ne nous a pas toujours laissé le choix ! C'est donc à nous d'oser aller au-delà des sentiers battus, s'il le faut. Et l'écriture est revenue à mon esprit, encore et toujours. Je voulais écrire, mais pas seulement en tant que rédactrice, je voulais être proche des gens, y compris des particuliers, et pouvoir également laisser s'exprimer ma passion du livre ! Il n'y avait que ce métier qui répondait à tous ces critères...
- Une quête de sérénité ? un questionnement philosophique ?
- Un peu des deux. Mais dans la simplicité la plus absolue. Nous nous posons tous les mêmes questions, finalement. Je voulais tout simplement me rapprocher de moi-même. En dépit des difficultés, c'est en étant le plus en accord avec soi-même que l'on est le plus épanoui. Donc j'ai essayé d'être honnête, de ne pas perdre de vue l'essentiel ! Et je suis réellement heureuse lorsque je travaille à écrire ou corriger un texte. On verra ce que l'avenir dira, en tout cas je n'aurai pas de regrets !
- Peut-on changer de vie professionnelle sans susciter des réactions d'incompréhension chez ses proches ?
- Difficile... Comment leur faire comprendre qu'il est préférable de quitter un poste stable, bien payé et destiné à évoluer, pour aller vers l'inconnu, vers une profession réputée difficile et peu rémunératrice ? Surtout après être partie de peu, cela paraissait vraiment insensé. Pourtant, selon moi, tout est relatif. Se sentir à sa place, vivre de ce qu'on aime, cela mérite d'y sacrifier un certain confort financier. C'est une question de point de vue ! Il suffit de rester raisonnable dans ses exigences de vie... Mais là aussi, c'est un choix que chacun est libre de faire ou pas, et qui n'est pas forcément simple. Avant de me lancer, j'avais d'ailleurs effectué un bilan de compétences pour vérifier l'adéquation de mon projet avec la réalité et mes aptitudes. J'ai aussi suivi une formation à la création d'entreprise, car au-delà du coeur de métier, il y a le quotidien de l'indépendant : comptabilité, commercial, gestion... Taxes et cotisations ! Il faut pouvoir en mesurer la portée avant de se lancer, et vérifier ainsi la cohérence de son projet. Je me suis aussi formée et mise à jour de manière approfondie sur les règles de la typographie, de la mise en page... Aujourd'hui, beaucoup de ceux qui avaient cru à une sorte de lubie artistique ont maintenant confiance en moi et mes compétences, et je suis plutôt soutenue maintenant que je suis installée ! J'ai eu la chance également de rencontrer des personnes formidables qui m'ont beaucoup soutenue.
- Un bilan de compétence, dans l'artistique... c'est un terme un peu surprenant ?
- Le bilan de compétences n'est plus aujourd'hui un simple récapitulatif de nos savoir-faire. D'après l'expérience que j'en ai eue, il s'adresse plutôt aux personnes désireuses de faire le point sur leurs acquis personnels et professionnels, de trouver leur voie, et de monter un plan d'action approprié à la concrétisation de leur projet. Nous avons pris le temps d'approfondir, et d'oser sortir des conventions, tout en restant réalistes. Je le conseillerais à tous ceux qui sentent, par exemple, qu'ils ne sont pas exactement à leur place, qu'ils n'utilisent pas au mieux leurs capacités. Quel que soit le domaine auquel ils se destinent...

- Derrière écrivain conseil, quelles activités, quel quotidien ?
- Être écrivain conseil, ce n'est pas écrire pour soi, dans son coin, mais offrir ses services à l'autre, la démarche n'est pas la même... Je pense que la communication écrite est de plus en plus primordiale de nos jours, d'autant plus avec le développement d'Internet, contrairement à certains avis ! Les sites web ne sont-ils pas pleins de mots et de phrases ?! Les paroles s'envolent et les écrits restent... Les écrivains conseil sont des rédacteurs et correcteurs qui offrent leurs services aux entreprises, mais également aux particuliers. Là est toute la différence, finalement. Ensuite, chacun de nous a ses spécialités et ses préférences. J'ai donc fait le choix personnel de me spécialiser dans la relecture et la correction d'oeuvres d'auteurs. Cela représente l'essentiel de mon activité. Les livres représentent vraiment ma passion. Je suis aussi correctrice de sites Internet, courriers...
En tant que rédactrice, l'écriture de biographies et d'articles fait également partie de mes prestations. Je suis un peu moins axée sur la rédaction de courriers et discours pour les particuliers, mais de nombreux autres collègues préfèrent se concentrer sur ces activités, car ce sont celles qui offrent le contact humain le plus riche et le plus intéressant. Cet aspect humain et social, pour ma part, je souhaite le développer lors d'ateliers d'écriture. C'est aussi cette liberté qui m'a attirée dans le métier... J'ai énormément d'idées dans ce sens. L'expression écrite est totalement différente de l'expression orale, et peut aider à développer notre créativité. Mais mettre en mots ce que l'on ressent peut aussi débloquer pas mal de choses... Et c'est également cet aspect thérapeutique de l'écriture qui m'intéresse.


- Comment travaillez-vous ?
- Je travaille essentiellement par téléphone et par Internet. Ce qui ne m'empêche pas de rencontrer mes clients lors de déplacements, ou lorsque cela s'avère nécessaire. Par exemple, pour l'écriture d'une biographie, il est évident que le fait de rencontrer la personne, de l'écouter parler est essentiel pour la cerner et retranscrire son histoire avec les mots qui lui ressemblent le plus...
- N'y aurait-il pas meilleure dénomination que ce écrivain conseil? Correctrice, conseils rédactionnels est concret... ne croyez-vous pas qu'un terme plus parlant serait préférable ?
- Écrivain conseil, c'est un autre terme pour désigner les écrivains publics. Je ne voulais pas utiliser le terme écrivain public, à cause de l'image faussée et moyenâgeuse qui y est attachée, mais c'est un avis personnel et subjectif qui n'engage que moi. Il est vrai que mon activité est essentiellement basée sur la correction, mais le fait de développer des ateliers d'écriture et de pouvoir rédiger articles et textes variés m'intéresse. Ce métier permet justement d'aborder plusieurs activités liées à l'écriture. Mais tout dépendra de l'évolution des choses... Si à un moment donné, mes prestations se limitaient uniquement à de la correction, alors oui, je penserais à une dénomination plus adaptée. Et de toutes façons, je tiens compte de toutes les remarques et conseils de mes partenaires, ma clientèle, mon entourage. Et je reste souple, rien n'est figé... .

- Vous vous y prenez comment pour démarcher des auteurs le plus souvent peu fortunés et méfiants ?
- Cela peut paraître simple, mais une démarche spontanée et sincère aide à démarrer. Le fait de s'intéresser réellement à l'oeuvre de l'auteur, aussi bien sur le fond que sur la forme, et de l'accompagner dans cette démarche personnelle et intime qu'est l'écriture d'un livre est très apprécié. La qualité du travail et le soin qu'on y apporte achèvent ensuite de convaincre. Il faut aussi être cohérent et pratiquer des tarifs adaptés, certes, à l'ampleur du travail, mais aussi à la bourse d'un particulier... rester honnête par rapport à la valeur de son travail, au temps qu'on y passe réellement, sans le sous-estimer ni le surestimer ! Pour le moment, le bouche à oreille commence à faire son effet, et c'est pour moi la plus belle publicité... Et la plus belle récompense !

- Votre site internet vient juste d'être créé... un complément au bouche à oreille ?
- Oui, indispensable à mon avis. C'est un support important pour la clientèle, qui peut consulter librement les témoignages des auteurs avec qui j'ai déjà travaillé, les tarifs, mon mode opératoire avant de décider de me contacter, par téléphone ou le plus souvent par mail. Internet est une formidable fenêtre ouverte sur le monde. Il y a quelque chose d'énorme dans cet outil, quelque chose qui n'est pas toujours mesuré à sa juste valeur mais qui prend de plus en plus d'ampleur. La toile abolit les frontières et repousse beaucoup de limites pour permettre à des personnes du monde entier d'entrer et de rester en contact. C'est aussi la liberté... J'en suis très consciente.

- Vous étiez au salon du livre de Paris, vos réactions ?
- Le Salon du Livre est un regroupement à grande échelle de professionnels et de passionnés. J'y ai fait quelques rencontres humaines intéressantes. Néanmoins, il s'agit, à mon sens, d'un événement principalement commercial où ceux qui ne rentrent pas dans un certain moule, qui ne sont pas conformes, ont du mal à se faire leur place, et même à se faire entendre, qu'il s'agisse d'auteurs ou d'acteurs indépendants du monde du livre (correcteurs, traducteurs...). C'est dommage, mais force est de constater qu'il en est ainsi. C'est pourquoi j'ai été séduite par quelques interlocuteurs qui m'ont donné de leur temps et de leur gentillesse, je suis ravie d'avoir fait leur rencontre. Je pense qu'il faut rester soi-même en toutes situations, ne jamais se mentir, c'est vital... Sinon, pourquoi écrire ? Il faut toujours donner un sens à tout ce que l'on fait.
J'ai donc eu quelques déceptions, je m'y attendais, car mon enthousiasme n'avait pas entamé ma lucidité. C'est vrai qu'il s'agit surtout... De vendre des livres, du moins, c'est le sentiment que j'ai eu ! Mais tout de même, c'est enrichissant de discuter avec de vrais passionnés, des personnes humainement intéressantes et aussi très généreuses, car il y en a beaucoup, il ne faut pas les oublier !
Je reste positive... Et lucide !


- Après la vie d'écrivain conseil, vous aurez une autre vie écrivain? Vous écrivez avec l'intention de publier ?
- Écrire... Oui... forcément, obligatoirement, je vais répondre oui ! Je dois avouer que c'est une passion qui m'habite pleinement et entièrement. J'ai aussi envie de transmettre des choses par écrit... J'ai choisi ce métier pour m'ouvrir aux autres, mais aussi pour me donner la possibilité de prendre du temps pour écrire. Être indépendant, c'est très difficile, mais cela permet quand même de pouvoir organiser ses horaires ! C'est l'avantage !

- Et si, malgré les compétences, malgré l'enthousiasme, ça ne marchait pas financièrement ?
- Je préfère prendre les choses les unes après les autres, mais je reste consciente que c'est une possibilité. Et bien, dans ce cas, j'essaierai de me donner les moyens de vivre de cette passion quand même. Ne dit-on pas que lorsqu'une porte se referme, une autre s'ouvre toujours ?... On peut arriver à destination en prenant d'autres chemins que ceux qui sont balisés et connus. Du moins, c'est ce que je pense !

Le site internet : http://www.ecrivain-conseil-nh.com


Rencontre avec... SENEQUE...
Sénèque, peu de temps avant sa condamnation à mort par Néron, écrivait à Lucilius.
Rapidement avec l'intention de faire œuvre. 124 lettres ont été conservées (combien sont disparues ? celles écrites durant les cinq derniers mois avant avril 65)
SENEQUE, oh magie du net, rencontre Nathalie (accès direc)

Vos réactions


Livres cd A GAGNER :  créateurs à découvrir
Sur http://www.salondulivre.net : A GAGNER 3 exemplaires Douceur Florentine de Dominique Gianino(lauréate en 2005 du prix attribué par le site)
Après l'horrible drame qui s'est déroulé sous ses yeux, Isabelle se réfugie dans le vieux palais de l'île san Fratri, résidence du secret Autrichien et du flamboyant Vénitien qui se partagent sa protection car, si elle est quitte avec Venise, elle n'en est quitte ni avec le Milieu qu'elle a publiquement dénoncé ni avec le passé trouble de son époux. Refaisant peu à peu surface et voulant oublier les folies romaines qui ont bouleversé sa vie, elle s'investit pleinement dans la restauration du palais délabré des deux hommes entre lesquels elle ne peut choisir. Le Destin qui veille, les hasards de la vie et l'intervention de certains êtres dans le cours de son existence vont la contraindre à vivre des événements qui la dépasseront. Un séjour obligé à Vienne, où un sinistre, magnétique et fascinant Autrichien semble menacer le fil de sa vie, va remettre en question le peu de certitudes qui lui restait. Peut-on échapper à ce qui est écrit en utilisant son libre arbitre et celui-ci existe-t-il vraiment ?
Seuls, quelques ancêtres, guides et protecteurs, et quelques chats obstinés et avisés semblent avoir la réponse. Et quand ceux-ci décident de prendre en mains le destin des vivants et des humains, qui peut dire ce qui peut arriver ? Isabelle parviendra-t-elle enfin à atteindre la sérénité et à goûter la douceur florentine auxquelles elle aspire tant ?
226 pages - 18 EUROS
Le plus rapide : chez l'auteure : Dominique Gianino - 3 rue Paul Gauguin - 94000 Créteil.
Franco de Port pour la France

Pour le lancement du site www.contes-conteurs.info : A GAGNER 3 exemplaires LE DJANIAT... LE JARDIN DE DIEU de Monique DECAMPS

une oeuvre humanitaire et un vibrant hommage à Ahmad Shah Massoud et au peuple afghan
La version anglaise : THE DJANIAT... THE GARDEN OF GOD sera édité par l'Association Trencavel en 2006.
Monia, membre de la SACD (Société des Auteurs et des Compositeurs Dramatiques) a également écrit une pièce de théâtre pour le village de Leuc :
LA LEGENDE D'ITAQUE (qui retrace sur 2 siècles l'histoire de ce village).
ET 3 pièces de théâtre médiévales pour le village de Pieusse dans le cadre des Estivales cathares :
- SUR LES TERRES DE MES PERES (2001)
- FARANDOLE (2002)
- ULTIME BALLADE (2002)


Sur www.autoproduction.info... A GAGNER : 4 CD Chansons Hétérogènes de DD LE MALFRAT


Sur chansons.org... A GAGNER : 4 CD ALL FOR LOVE de MICHAEL BROWN
De LOS ANGELES, en passant par la FINLANDE, puis par la France, MICHAEL BROWN écume les scènes du monde.
Inspiré par la lignée des grands (JAMES BROWN, MICAHEL JACKSON...) MICHAEL BROWN the show man est un cocktail explosif sur scène.
Ex-champion de France des imitations de M. JACKSON, la qualité de ses performances a mondialement séduit les médias(Presse-Radio-TV).


Sur http://www.salondulivre.net A GAGNER 3 exemplaires de Chambres d'hôtel de Michel LOIRETTE...
Paris, Rome, Athènes, Venise...Autant de villes qui fascinent les plus blasés. Les personnages des ces histoires brèves y connaîtront l'amour fou, mais aussi les pires désillusions et souvent, les fins les plus cruelles. Michel Loirette évoque avec sensibilité et humour la vie brutalement dévastée d'êtres ordinaires soudain confrontés à des situations hors du commun où le fantastique et la passion le disputent au quotidien le plus banal.

chansons.org : A Gagner 3 albums de Patrick Hargous âneries

Bunny le retour... Après Différences Patrick Hargous vous présente Aneries... Commentaires. Un peu une suite de l'interview webzine numéro 58 :
Avec toujours les trois petits points... ceux qui ouvrent l'imagination après quelques mots...

Quand Bunny le Pouet farfouille sur le Net, à la recherche de nouveaux chanteurs, poètes ou écrivains, il rencontre parmi les millions de sites Web, des Personnes et des gens admirables, souvent peu connus... malheureusement.

Bunny le Pouet, sa passion : les artistes, chanteurs, groupes, peu connus et surtout les poètes méconnus. Toujours à l'affût de nouveautés....
Alors quand Bunny découvre

d'un certain Jean Pierre Georget...

Je ne l'ai jamais vu Jean Pierre. Pas de Photo sur son site. Nous ne nous parlons qu'au téléphone ou par email... Espérons qu'un jour nos chemins se croiseront.......

Son Métier : soudeur renommé du village. Il parait qu'il soude les Pots comme on travaillait les Stradivarius..... L'orfèvre des pots d'échappement....

Mais aussi, dès qu'il a un moment de libre...
Le Victor Hugo, La Fontaine, Molière.... de la poésie française...
Pour moi...
Un poète, un grand poète inconnu ...
Un poète ayant un petit groupe d'amis poètes et chanteurs eux aussi...
Un poète dans l'ombre écrivant des textes sublimes...
Un poète ignoré qui ne se prend pas du tout au sérieux.....
Un poète qui traite des centaines de sujets difficiles de la vie, avec humour décalé...
Un poète de notre temps qui aborde tous les sujets de notre vie...
Un poète Chansonnier comme autrefois....avec une verve incroyable, impitoyable parfois...
Il parle de tout, il aborde tous les sujets sans complexes...
Son Histoire de France..... Son nouveau sujet de textes est à mourir...On dirait Alain Decaux qui nous raconte l'histoire de France en vers... On devrait mettre ses textes dans les bouquins d'écoles et tous les bambins retiendraient à coup sûr notre Histoire de France.....
Voila pourquoi.... Bunny le Pouet, a contacté Jean Pierre Georget en lui proposant de mettre en musique quelques-uns de ses textes....
Petit essai.... Gros essais.... J.P aime.....
Donc Bunny continu, choisit 6 chansons....

La pochette et le CD ont été réalisés par les amis de Jean Pierre
L'aventure du CD a démarré.....
Bunny contacte son Ami Guitariste Eric Sevry,

virtuose soliste et accompagnateur de génie qu'il a connu aux Antilles, demeurant près de Lyon, Grenoble, Annecy.... Et lui propose de faire des arrangements.....
et la boucle est Bouclée......
Bunny chante 4 titres
Eric chante 2 titres
Sortie à Nice du CD... et désormais sur la toile...
Et il y en aura d'autres... sans doute

 N E R I E S est à gagner. 3 exemplaires... collectors... (bon, ça se gagne les trois petits points...)

www.autoproduction.info : A Gagner 4 albums BARCELONE par LES FRERES DELABONE

Stéphane Ternoise : Théâtre de Ternoise et autres textes déterminés
3 exemplaires à Gagner Sur http://www.salondulivre.net
2005, 19 euros
Format 14,8 X 21 - 288 pages - ISBN : 2-9506158-9-9

 Actualité
a) Exit licence globale
Les majors ont gagné : les auteurs toucheront comme aujourd'hui : quelques centimes !
Et le téléchargement illégal va continuer...

Les majors peuvent remercier le ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres, rebaptisé RDDVV Renaud Donnedieu de Vabres de Vivendi par Didier Mathus du parti socialiste.
Les députés ont cédé !
Télécharger illégalement de la musique ou un film, avec un logiciel de peer-to-peer, sera passible d'une amende de 150 euros.
Vous avez entendu parler de 38 euros ? Oui, c'est dans le cas où l'internaute télécharge illégalement de la musique ou un film pour son usage personnel... si le téléchargement s'accompagne de la mise à disposition de ces oeuvres, l'amende sera de 150 euros... Le passage de 38 à 150 sera donc automatique : avec les téléchargements peer-to-peer le fait de télécharger un fichier le met à la disposition des autres connectés du réseau...

Il n'était pas concevable qu'un internaute qui télécharge pour son usage personnel puisse aller en prison (Renaud Donnedieu de Vabres)
Fonctionnement : les constats seront effectués par logiciels qui récupéreront l'adresse IP de l'internaute...
L'infraction sera constatée par un officier de police judiciaire. C'est alors que le procureur pourra demander l'identité de l'internaute à son fournisseur d'accès (RDDV)
Pas de police privée mais des services spécialisés de l'Etat (RDDV)

Les éditeurs de logiciels de téléchargement illicite risquent trois ans de prison et 300 000 euros d'amende.

Qui s'aventurera à contourner les mesures techniques de protection (MTP) des oeuvres s'exposera à 6 mois d'emprisonnement et 30 000 euros d'amende.
Le détenteur d'un logiciel qui décrypte la MTP risque 750 euros.

Pourquoi les majors préfèrent la situation actuelle que la licence globale ? avec la licence globale les créateurs refuseraient après quelques années de laisser la majeure partie de la rémunération à des majors dont l'inutilité deviendrait visible...

Le Sénat examinera le projet de loi en mai. Le gouvernement ayant demandé l'urgence, une commission mixte paritaire Assemblée et Sénat sera convoquée pour son adoption définitive.

b) Face au discours martelant la crise de la chanson, il faut parfois recourir aux données financières.
Excellents résultats pour Vivendi Universal en 2005.
Universal Music Group, la première major de la musique, contribue avec 480 millions d'euros au résultat d'exploitation.
Au même moment, le Département américain de la justice (DoJ) ouvre une enquête pour collusion entre les quatre principales majors du disque aux Etats-Unis.
En clair : soupçon de pratiques anti-concurrentielles dans l'industrie du téléchargement musical entre Universal Music Group, Sony BMG, EMI et Warner Music Group.

c) Les marquent attaquent... les villes aussi !
Christophe Grébert est le propriétaire du site monputeaux.com, réalisé sous la forme d'un blog sur la ville de Puteaux.
Il est attaqué par la mairie de Puteaux, accusé de diffamation, pour avoir publié un extrait d'un article du Parisien du 26 avril 2004, intitulé Nouveaux remous à la mairie de Puteaux.
La 17eme chambre correctionnelle du Tribunal de Paris a rendu son jugement : relaxé
Mais Maître Jean-Marc Fedida, avocat de la ville de Puteaux a déclaré : Selon toute logique, nous ferons appel.

Attaquer un citoyen est plus facile que s'en prendre à un quotidien puissant !

L'article du Parisien relatait les aventures d'une ancienne employée (qui a porté plainte pour licenciement abusif ) de la mairie, embauchée pour organiser Puteaux en neige, l'installation d'une piste de ski artificielle. Elle y prétendait avoir été virée après avoir alerté sa supérieure sur ses doutes sur le fournisseur choisi par la ville.

Il[le contribuable local] pouvait également librement, en qualité de citoyen et de contribuable local, lire dans cet article la confirmation de son opinion sur le coût excessif d'une dépense engagée par sa ville, sans avoir, à cet égard, à démontrer le bien fondé de ce point de vue spécifie le jugement.

d) Rapprochement annoncé entre les Banques populaires et Caisse d'épargne.
ça donnera des caisses d'épargnes populaires ?
Populaire... à condition d'avoir un compte bien approvisionné... sinon la banque devient impopulaire...
Extrait du guide tarifaire de la Banque Populaire Occitane :
commission de service : 30 euros ; aux comptes dont le solde moyen créditeur sur le trimestre est inférieur à 400 euros.
Si vous laissez moins de 400 euros sur votre compte, on vous en chipe 30 ! Vraiment populaire...


e) Le cauchemar de Philippe Val and coe

Charlie Hebdo, Libération et quelques autres s'étaient engouffrés dans la brèche providentielle en 2005 : un documentaire sur des africains broyés par le libéralisme occidental... l'exploitation de la perche du Nil en Tanzanie dans la ville de Mwanza, au bord du lac Victoria... avec trafic d'armes à bord des gros porteurs servant à l'exportation du poisson...

Je n'ai jamais parlé dans ce webzine du documentaire de Hubert Sauper, Le Cauchemar de Darwin. La raison principale : je ne l'ai pas vu.
Dans la revue les Temps modernes, l'historien François Garçon, s'est livré à un véritable travail de vérification des informations. Et le documentaire devient une manipulation !
Je n'entre pas dans les détails. Mais l'épisode survient après de nombreuses autres manipulations où les médias sont tombés. Genre charniers...

e) Salon du livre de Paris, en mars 2006. 50 000 m2. 1200 éditeurs.
Pourquoi être présent ? Et comment ?
Sur France-Inter, des chiffres sont annoncés : 450 à 500 euros le mètre linéaire [qui plus est, les auteurs et éditeurs apprécieront le tarif de location des chambres d’hôtels...]
Et oui, les éditeurs doivent payer pour participer à cette grande mascarade.
Quelques éditeurs, parce que les visiteurs chercheront leurs auteurs, seront mis en valeur. Et les plus de 1100 autres ?
Ils pourront éditer un plaquette avec présent au salon du livre 2006...
La vanité se paye !
Etre présent sur un site, c’est 24 heures sur 24. Et pas un seul jour de déconnexion !
Le combat entre le salon du livre virtuelle et la grande foire...
200 000 visiteurs au salon du livre de Paris en 2006... Encore nettement plus que les visiteurs sur le site http://www.salondulivre.net...
Rendez-vous en 2010 ?

Réactions au précédent webzine... :

Le problème hotmail.fr : Pourquoi ce webzine est considéré comme un spam par ma messagerie sous hotmail.fr ?
J'ai pris une adresse sous @hotmail.fr pour mener la petite enquête...
Et si j'envoie avec TISCALI, FREE ou WANADOO (les trois fournisseurs auxquels il me faut être abonné pour, de la campagne, réussir à presque toujours obtenir une connexion) le webzine atterrit dans la boîte NOUVEAUX MESSAGES
Alors qu'en utilisant UN SERVEUR de sites professionnels il est classé en spam...

De ces observations, il faut malheureusement conclure que hotmail.fr gère les SPAMS d'une manière grossière :
Si le message provient d'un SERVEUR des hébergeurs :spam.

Il ne reste que la solution de reprendre le message et cocher :
ceci n'est pas un spam

Réponse :
L'adresse xxx a été ajoutée à votre liste verte.
Les messages provenant des adresses de votre liste verte arrivent toujours dans votre boîte de réception, jamais dans le dossier Spam.


La solution la plus pratique est de prendre une adresse avec un véritable anti SPAM !


LA PAGE http://www.lewebzinegratuit.com/actu/
les réactions des abonnés... les réponses de Stéphane Ternoise... bon vous connaissez la suite... PEU DE TEMPS !... ENORMEMENT DE RETARD !...

OBSERVATOIRE INTERNET et réseau ternoise.net


- www.autoproduction.info 1172 sites - 19 EME CLASSEMENT :
1)Madir-Music Production
musiques des îles, séga. Moutia, Maloya, Sallec, Compilation Fiesta de l'Océan Indien Vol 1: île Maurice: Clency Marie, Michel Legris, Groupe N'Sel, Linlin & Ariane
Seychelles: Jean Marc Volcy, Giselle Jean-Louis, Madagascar: Groupe Trait d'union, Toria, La Réunion.

2) blog sur l'autoproduction
Autoproduction : mode d'emploi-Ce blog vous guidera pas à pas vers l'élaboration d'un album de qualité, et vous aidera à réussir votre autoproduction.-

3) Vinyleticketomania :
Le Groupe Shkoun Hadouma (en Arabe: Qui c'est ceux là?!...), Rock engagé, tonique, cosmopolite et multi-influences.
Et une bonne claque sur scène!!!


Le classement chansons.org - 933 SITES - 16 EME classement totalement bouleversé par rapport au 15eme, effet de la nouvelle gestion :

1) Silène
Son univers musical, ses chansons pleines de doutes et d'espoirs, de larmes et de joies. Une sensibilité à fleur de peau.

2) ZONE.PRODUCT (Z.P.C)
LABEL DEPENDANCE BLUES PROMOTION DU GROUPE RESK.U-UP LEADER ANAEL DELLIERE GROOVE INTERNATIONAL
DEPENDANCE BLUES label musicale cherche les talents de demain
Presentez vos maquettes sur un site au service de l'artiste, PHOTOS CASTING PRESENTATION DE VOS BOOKS GRATUITEMENT

3) Paroles cherchent musiques
pour mariages et + si affinités
Recueil de textes de chansons n'ayant pas encore été mis en musique, présentation de leur auteur et modalités de collaboration



Quelques RENCONTRES sentimentales VRAIMENT GRATUITES par l'auteur d'un essai finalement peu lu (Stendhal avait connu la même réponse du lectorat)...

Pourquoi orienter vers une page VOYANCE GRATUITE ?
La réponse est évidente face au contenu du webzine : qui est imprégné de Sénèque, Epicure, Bouddha and coe évite les poisons du passé et du futur...
Cette page participe au financement... Vous pouvez aussi tester pour mieux comprendre le fonctionnement de ce monde où ces sites sont parmi les plus sollicités...


Et toujour : vous avez un site ? Vous pouvez devenir partenaire privilégié www.autoproduction.info (limité à 75 sites)
 Chanson d actualité...
En 1993, j'étais en transition, je négociais mon départ du salariat. J'avais 25 ans. Je passais régulièrement chez un docteur. Une docteresse. Elle m'octroyait quinze jours de repos. Naturellement les anti-dépresseurs finissaient à la poubelle. J'ai toujours été persuadé qu'elle ne me considérait pas plus atteint que la majorité des bureaucrates ! Elle connaissait d'ailleurs mon orientation littéraire.
Fin novembre 1993 j'ai quitté Reims avec un accord transactionnel en poche, et un chèque (certes dérisoire par rapport à certains départ de Groupama et Crédit Mutuel Arras où j'étais quelques mois plus tôt avant d'accepter une migration géographique)
Une forme de transposition dans ce texte transition...


La Transition

Elle ira sûr'ment demain
Chez l'docteur qui aime tant ses seins
Après auscultation
C'est elle qui dicte la prescription

Elle en a marre de son boulot
Marre des types du grand bureau
Elle peut pas croire que ses études
Formaient à de telles habitudes
Elle cherche une solution
Pour pas perdre toutes ses illusions

Elle ira sûr'ment demain
Chez l'docteur qui aime tant ses seins
Après auscultation
C'est elle qui dicte la prescription

Peut-être partir en formation
Dans le genre reconversion
Un séjour en humanitaire
Un peu plus que pour changer d'air
Elle cherche une solution
Tout en gérant la transition

Elle ira sûr'ment demain
Chez l'docteur qui aime tant ses seins
Après auscultation
C'est elle qui dicte la prescription

Elle rêvait de trucs ordinaires
En piaule universitaire
Elle aurait pas cru devoir choisir
Entre deux galères la moins pire
Elle cherche une solution
Tout en gérant la transition

Elle ira sûr'ment demain
Chez l'docteur qui aime tant ses seins
Après auscultation
C'est elle qui dicte la prescription


Cette chanson figure aussi dans :
Chansons trop éloignées des normes industrielles et autres Ternoise-non-autorisé, janvier 2006 (pour le dépôt légal), 15 euros
Format 14,8 X 21 - 192 pages - ISBN : 2-916270-00-0
Soit un mois après :
Théâtre de Ternoise et autres textes déterminés, décembre 2005, 19 euros
Format 14,8 X 21 - 288 pages - ISBN : 2-9506158-9-9
Pour la France : franco de port à
Jean-Luc Petit - BP 17 - 46800 Montcuq (FRANCE)
REGLEMENT PAR CHEQUE A LA COMMANDE
Facture sur demande

SOUTENIR le WEBZINE : PROFITANT des OFFRES GRATUITES sites PARTENAIRES


Vous pouvez vous inscrire à la liste TEXTES DE TERNOISE auteur de chansons :

Vous avez apprécié ce numéro du WEBZINE GRATUIT ?... merci de vous inscrire GRATUITEMENT à l'un des sites amis :
amis.html
copyright : Stéphane TERNOISE -  Mars 2006 - NE PAS REPONDRE A CET ENVOI (adresse non utilisée en lecture)


Contact / Gestion Abonnement (désabonnement, changement adresse mail) : ternoise.net
Contact Postal : Jean-Luc Petit - BP 17 - 46800 Montcuq - FRANCE

un autre numéro :

le 27 mai 2006 édito : Plutôt Sénèque ou désir d’avenir ?
accueil du WEBZINE GRATUIT

un webzine des écrivains
regard du webzine sous le versant Presse Musique

Mais aussi rencontres gratuites
Copyright : Contact Montcuq - Cahors

Gestion de votre Abonnement au webzine (désabonnement,changement adresse mail)


Sénèque et annuaire des pseudos


Vous pouvez commenter :

Ajouter votre contribution au débat


belleslurettes


toutes les photos du site.

sur le forum : De Voltaire à Ternoise On ne sait jamais ce qui sera lu...
LIRE NEWS du webzine et commentaires.