Frédérique Zoltane - discours de Nicolas Sarkozy le sketch - nouveau moteur de recherche

et annuaire français

abonnement au webzine

Les livres conseillés..

Pour vos RECHERCHES sur internet, vous utilisez GOOGLE.FR ?
Si OUI... et si passiez par GOFRANCE.FR ?
Stéphane Ternoise est aussi le créateur de gofrance.fr !
Vous avez vibré au discours de Nicolas Sarkozy le 6 mai 2007 ? oui ? non ?
Découvrez le discours de 18 heures imaginé pour sketches.fr
Ternoise
LIVRES et CD à gagner : inscrivez votre adresse courriel pour Album éponyme 24 titres (de Blandine Devos) - LIVRES Timidité entre les sexes (Jean-Paul BENGLIA) et Y croire encore (de Liliane ROLAND)
Je produirai deux albums cette année... compositeurs et interprètes vous pouvez y participer...
Date limite : 30 juin 2007
Le WEBZINE est vraiment en retard !



Le WEBZINE bientôt en ADSL ! Alice investit dans les campagnes (et le seul grand opérateur avec Hot Line gratuite)
lewebzinegratuit.com
    du réseau
63 253 abonnés

Mensuel gratuit chanson, littérature, observatoire internet, actualité / N 70 Mai 2007

1) Éditorial : La chute du mur de Berlin et la gauche française
2) Interview du mois : Frédérique Zoltane mais aussi, parfois, Daizy Clochette, Zoz... mais aussi chanteuse des groupes Profs des écoles, Virage sud, La belle équipe, Les Dagobert, Polythene Pam's, Les amis d'enfance, Woolton's hill...
3) Livres et cd A GAGNER: Créateurs à découvrir... Nouveaux : Blandine Devos et Jean-Paul BENGLIA
4) Actualité en France : TITRES et développement sur ternoise.info (vos réactions possibles)
5) Web et réseau : encore de NOUVEAUX SITES en LIGNE - Artistes sur www.autoproduction.info - et chansons.org
6) Chanson actualité : Il adore le fric (vous reconnaîtrez un chanteur... mais la politique n'est jamais loin)

Editorial
La chute du mur de Berlin et la gauche française

Le chroniqueur institutionnel se limite de plus en plus à un simple commentateur de sondages. Comme vous devez désormais le savoir, je suis dans une autre perspective ! Et n'ai pas réalisé de Numéro spécial à la veille du second tour des élections présidentielles ! Le résultat était tellement évident. Et comme Cécilia Sarkozy... je n'ai pas voté (le JDD, Journal du Dimanche d'Arnaud Lagardère, JDD-DAL donc, a préféré éviter de commenter ces abstentions).
Tout était dans l'édito précédent !... Et même, pour les francophones les plus attentifs (ils ne sont pas nombreux donc je le rappelle !), dans une chanson écrite quand les sondages proclamaient Ségolène Royal facilement et inexorablement gagnante ! C'était en octobre 2006 et cette chanson fut enregistrée par Christophe O'Neil, figure dans le CD SARKOZY SELON TERNOISE, dont le premier pressage, toujours disponible, devient collector (les journaux endimanchés d'Arnaud Lagardère ont préféré ne pas évoquer cet album et aucun journaliste du JDD ne s'est publiquement indigné). Je m'étais alors placé dans une perspective de vieux militant socialiste (rôle de composition quand même !), avais constaté l'inévitable victoire à venir de Nicolas Sarkozy. Bizarrement, mes arguments d'alors se retrouvent parfois dans les critiques du système consolidé par François Hollande.
Après cette légère digression...
Troisième défaite présidentielle pour le PS... depuis la reconduction en 1988 de François Mitterrand... Ainsi depuis la chute du mur de Berlin. Défaite enfin profitable ?
Pauvre parti socialiste dont le logiciel semble irrémédiablement bloqué avant 1989, à une illusoire union des gauches

Avez-vous remarqué, entre les deux tours, comment François Hollande s'est immédiatement réjoui de l'appel des candidats d'extrême gauche à voter Ségolène Royal ? Son petit calcul lui permettait même de pavoiser, placer sa candidate devant Nicolas Sarkozy ! Julien Dray lui rêvait à voix haute : comme ce serait bien si Olivier Besancenot souhaitait participer à un gouvernement. Et même Ségolène Royal confiait une mission à José Bové...

Droite contre Gauche, c'est la France de François Hollande, et quand Bernard Kouchner, avant le premier tour, conseille à Ségolène Royal de rencontrer François Bayrou pour élaborer une plateforme de gouvernement et s'engager à un désistement réciproque, le premier secrétaire du Parti Socialiste le vilipende : indigne. Monsieur décerne des certificats de dignité. Et depuis il continue !

Pathétique Ségolène Royal (toujours en Che Guevara des ménagères ) se proclamant femme libre alors qu'elle surfait entre cent vagues propositions, bric-à-brac de bric et de broc, et les promesses à Jean-Pierre Chevènement, et même au PRG pour qu'ils retirent leur candidature et ainsi lui assurent une place en finale.

Ségolène Royal dans une tentative désespérée à la recherche des électeurs perdus, a finalement rencontré François Bayrou. Naturellement les électeurs ne furent pas dupes et si le troisième homme a annoncé ne pas voter pour Nicolas Sarkozy, celà ne signifiait nullement un vote pour sa concurrente.

Retour à la chute du mur de Berlin...

Avant : ce n'est pas par conviction si François Mitterrand s'était allié aux Communistes dans un Programme Commun : le PC était alors la première force dite de gauche du pays et sans ce jeu dangereux, François Mitterrand n'aurait jamais été élu (Georges Marchais réalise encore plus de 15% en 1981, juste derrière Jacques Chirac).

Depuis 1989, plus personne ne peut sérieusement prétendre le communisme plus efficace ou éthique que le capitalisme. Au Parti Socialiste, toujours obnubilés par le savoir-faire de leur aîné, ils confondent ce qui fut un moyen avec leur grand but. Même Lionel Jospin a composé en 1997 sa gauche plurielle (j'ai bien aimé l'analyse de Noël Mamère : de la gauche plurielle à la gauche plus rien).

Avoir tout fait pour éviter l'implosion du PS fut souvent considéré comme le grand mérite de François Hollande : quand Lionel Jospin s'attaqua à la réforme des retraites, François Hollande protesta... pardi... une réforme et le radeau serait ingouvernable! Les anti-libéraux ne l'auraient jamais accepté... François Fillon a osé cette indispensable réforme, elle est passée, et quelque part, sa nomination à Matignon est un ultime pied de nez à l'immobilisme socialiste.

François Hollande peut certes se prévaloir de victoires. Européennes, régionales, cantonales. Le PS peut gagner des élections... quand la droite exaspère trop le pays ! Faute d'adhésion, par rejet de l'autre (SG a repris les derniers jours, Sarkozy dangereux)
Le débat autour de la Constitution Européenne avait bien démontré l'impasse du Parti Socialiste. Une scission aurait été indispensable : entre le OUI et le NON la fracture ne permettait pas de bâtir une équipe présidentielle. Ségolène Royal a réussi à faire avaler la couleuvre d'une fusion du OUI et du NON aux militants du PS, pas à la France.
Les gauches européennes regardent sûrement leurs collègues français avec incompréhension, sourire et dépit... Tony Blair préfère dialoguer avec Nicolas Sarkozy. La gauche française n'a plus de parti apte à gouverner. Le Parti Socialiste devra se refonder rapidement, enjoindre tout militant tenté par une alliance avec des trotskystes ou communistes (comme d'autres, ils posent souvent de bonnes questions mais restent bloqués par leur histoire au moment des réponses) d'aller voir ailleurs, ou le Modem de François Bayrou sera la seule maison pour les militants d'une gauche en phase avec l'histoire.

Bonnes réflexions,
Stéphane Ternoise,

Interview du mois :   Frédérique Zoltane mais aussi, parfois, Daizy Clochette, Zoz... mais aussi chanteuse des groupes Profs des écoles, Virage sud, La belle équipe, Les Dagobert, Polythene Pam's, Les amis d'enfance, Woolton's hill...
Frédérique Zoltane
Je n'ai jamais rencontré Frédérique Zoltane. Je la connais de nom depuis quelques années. Elle m'a inspiré le projet JE NE SUIS PAS...
(voyez http://www.jenesuispasvanessa.com si vous souhaitez en savoir plus !)


- Quand t'es-tu aperçue posséder un don pour les voix ?
- Je suis venue à la chanson tardivement.
À l'origine, je me destinais à une activité bien différente : la gendarmerie !
Je m'intéressais également à l'éducation canine. Il faut dire que j'ai passé mon enfance dans une ferme, spécialisée dans l'élevage de grands chiens Léonberg, race imposante, assez proche du Saint-Bernard. Ces animaux sont célèbres pour être d'excellents nageurs dotés de pattes palmées.
Rien à voir avec l'univers du disque et de la musique.
Cependant, j'allais de temps à autre dans des bars à musique ou des karaokés avec des amies, et il m'arrivait occasionnellement de chanter un titre ou deux pour le plaisir, en particulier des standards d'Eddy Mitchell.
Cela ne constituait qu'une activité de divertissement parmi d'autres.
- Du divertissement aux albums ?
- À 21 ans, j'ai participé un peu par hasard à un petit concours de chant à Strasbourg, où j'ai fait la connaissance de ma future équipe. TITRE A.
Paul Glaeser [lien vers l'interview réalisée en novembre 2001] m'a proposé au bout de quelques jours de faire un album, ce qui était une surprise, mais je me suis tout de suite passionnée pour le projet, même si ce n'était pas - comme pour certaines - un rêve de gosse ni une vocation, au sens habituel du terme.
Par la suite, l'ambiance des studios d'enregistrement m'a tellement plu que j'ai abandonné mes projets gendarmiques :0)

- Devenue chanteuse un peu par la grâce des événements, es-tu devenue auteur et compositrice ?
- En fait, je fais surtout des arrangements et des réalisations, et je m'occupe aussi de mettre en forme, en fonction également des circonstances et des demandes. Parfois je risque quelques créations, mais c'est assez rare, car nous sommes souvent en retard sur le programme :-) Il faut aller à l'essentiel.
- Ton premier enregistrement ? Avec ta voix naturelle ou voix de personnage ?
- Voix naturelle. Elle a un côté martial, un peu masculin, on me surnommait (avec le sourire) la dompteuse voire la walkyrie :0) J'ai toujours eu plusieurs voix, même dans la vie courante. Quand je parle au téléphone, je n'ai pas le même son que dans telle ou telle circonstance. C'est quelque chose d'assez courant il me semble, mais souvent on n'y prête pas attention. Dans mon cas, c'est devenu une partie de mon métier, aussi, j'ai été particulièrement attentive et j'ai tenté de cultiver cet aspect-là. En fait, nous avons l'habitude - dans notre équipe ou entre amis - de nous amuser presque continuellement à changer de voix, faire des imitations, créer des personnages etc. La notion de voix naturelle devient de plus en plus floue avec le temps.

- On peut néanmoins distinguer les deux domaines, voix naturelle et voix de personnage, peux-tu nous résumer tes deux parcours ?
- J'enregistre des chansons pratiquement tous les jours depuis 12 ans. Cela représente une grande quantité de titres. Nous faisons de la musique dans des genres très variés, parfois même antagonistes, donc j'ai eu l'opportunité de m'essayer à toutes sortes de voix et de type de chant du plus ambitieux au plus farfelu. Bien entendu, il me reste plein de choses à expérimenter et à découvrir et ce ne sont pas les occasions de changer son registre qui manquent. Si des milliers d'heures d'enregistrement m'ont donné une certaine aisance et une certaine rapidité dans la pratique des harmonies vocales, j'ai toutefois du travail à faire dans le domaine de la voix parlée... je suis loin d'être une comédienne. J'ai conscience d'avoir des progrès considérables à faire dans cette discipline.

- Cette polyvalence vocale occulte-t-elle ta carrière d'interprète ?
- Non elle ne l'occulte pas, elle la constitue ! C'est grâce à cette polyvalence que j'ai continuellement beaucoup de travail.
- Des chiffres ! Ton relevé Adami ou un suivi précis donnent combien de titres en activité ?
- Plusieurs centaines.

- Frédérique Zoltane et la scène ?
- Ma situation est très différente de celle du monde du spectacle. Nous travaillons dans des studios d'enregistrement, ce qui est une activité assez solitaire, de recherche, d'expérimentation, parfois plus fondée sur la réflexion, l'écoute et l'analyse que sur la spontanéité et l'intuition... Quand on évoque devant moi le terme de show-biz je ne me sens pas concernée. Ni par le côté biz qui n'est guère représentatif de notre réalité... ni surtout par le côté show que nous ne pratiquons plus actuellement, étant (agréablement) occupés dans d'autres domaines. C'est à peu près le même rapport qui peut exister entre une illustratrice réalisant des images de synthèse à l'aide d'une tablette graphique et une comédienne qui joue le soir au théâtre. Peu de points communs, en vérité. Bien sûr, il m'est arrivé de chanter sur scène ou de faire des choeurs pour un spectacle en live, mais c'est plutôt anecdotique. Nos activités de studio et de disque nous occupent bien. Nous avons beaucoup de travail - et nous en sommes très heureux, évidemment.
- Si je cite Gérard Manset pour la démarche et l'approche, le recul, tu en penses ?
- Je connais la chanson Il voyage en solitaire comme tout le monde, mais j'avoue que je n'en sais guère plus. Je crois que sa démarche est atypique et cela m'inspire - à priori - de la sympathie.

- Ta fonction dans le label TitreA ?
- Un peu de tout. Toutefois, je fais principalement de la musique, des arrangements, des voix et des choeurs, du coaching vocal, de la prise de son, des partitions (nous sommes éditeurs désormais), un peu de courrier, je suis aussi correctrice et fais de la PAO avec X-press, il y a beaucoup de choses à faire entre les pochettes et les livrets, vérifier les biographies et les présentations de projets, les jaquettes des prototypes, les plaquettes, les sites, aider aux tâches administratives, etc. En revanche, je ne finalise pas encore seule les mixages et le mastering. En ce qui concerne la direction artistique, c'est Paul qui écoute tout ce que nous recevons par la poste ou par le net. De temps à autre, il me demande mon analyse sur telle ou telle éventualité liée à l'écoute d'un projet. Cela dit, je suis plus habituée à la direction en studio qu'à l'écoute des concepts envoyés. Nous avons plusieurs associés qui se chargent de la communication et des rapports avec les grands distributeurs et médias.

- En interprète, tu as plusieurs pseudonymes, je crois ?
- Frédérique Zoltane, Daizy Clochette, Zoz, et des noms de groupes comme Les Dagobert, Polythene Pam's, Les amis d'enfance, Profs des écoles, Virage sud, La belle équipe, Woolton's hill etc.
- La télévision reste le média essentiel pour toucher le plus grand nombre, Frédérique Zoltane et la télévision ?
- Nous avons eu pas mal de passages de nos titres sur M6 avec Cauet, Mickael Youn, j'avais fait quelques intervention physiques en 1995 et 1996 sur France 2, chez Sevran etc.. Il y aura peut être un groupe de fille avec une ou deux amies.

- Tu es aussi responsable d'un studio. Peu de femmes dans ce cas.
- Les choses évoluent, j'ai eu l'occasion de rencontrer quelques consoeurs, même si cela reste assez rare. Je me souviens qu'à mes débuts, en 1995, il y a eu un peu de méfiance de la part de quelques machos habitués à ne voir que des garçons derrière une console de mixage, de plus je manquais de confiance en moi. Désormais, il n'y a plus de problème et les misogynes sont finalement plutôt rares.

- Le piratage sur internet est selon toi la première cause des difficultés de la filière musicale ?
- Non pas particulièrement.
En tout cas, en ce qui nous concerne, il nous est difficile de mesurer si le problème existe réellement pour tout le monde ou s'il représente plutôt une focalisation médiatique autour de ce thème.
Selon le type de disques et le type de public la réalité est fort différente.
Par exemple, les pertes liées au piratage par les ados sur le marché du single sont sans doute en partie compensées par les ventes de sonneries, d'appels surtaxés et de supports vierges.
Il existe pas mal de phénomènes complexes qui font que le monde du disque change.


- Essayons d'analyser cette mutation !
- Quelques pistes : il y a 25 ans, faire un album était une chose inaccessible. Un budget de disque était celui de la construction d'une belle maison. Désormais, on peut travailler chez soi pour rien, avec un ordinateur ordinaire, un casque et un micro et ainsi obtenir des résultats de bon niveau. Il existe des centaines de milliers de musiciens, de chanteuses, d'auteurs etc. qui désormais ont la possibilité de faire assez facilement des disques et ce, avec une qualité qui auparavant était réservée à quelques exceptions.
Ce phénomène s'est accentué par un engouement populaire important pour l'activité. Il y a une génération de cela, les petites filles rêvaient de devenir hôtesse de l'air, infirmière, maîtresse d'école, égyptologue, princesse... :0) mais assez rarement chanteuse ou musicienne.
La conséquence est que la production de musique de qualité à augmenté d'une façon spectaculaire. En revanche, la demande du public est restée assez stable.
Autre question pragmatique : les petits magasins de disques ont disparu, les grandes surfaces voient leurs rayons de CD grignotés par les fournitures informatiques, la téléphonie, les jeux vidéo etc. On ne peut pas agrandir tous les magasins aussi, il n'y a plus guère de place pour exposer les nouveautés. Parfois les rayons de disques jazz, enfants, classique etc. ont carrément disparus. Un disque n'est mis en rayon que durant une courte période.
On pourrait écrire un livre entier sur le sujet, mais pour résumer : le piratage sur internet ne représente qu'un aspect du problème et ce n'est pas forcément le plus préoccupant. Il ne concerne qu'une partie du marché et pas nécessairement la plus importante. Nous connaissons plusieurs musiciens, chanteurs et/ou producteurs qui ne sont pas ou peu concernés par ce mécanisme.

- Pour un label indépendant comme TitreA, quelles sont les grandes difficultés ?
- Nous manquons de temps pour concrétiser tous nos projets. Nous aimerions être plus disponibles, plus communiquants, avoir la possibilité d'être plus innovateurs, plus audacieux même. Ce n'est pas l'envie qui nous manque mais le temps, car aussi étrange que cela puisse paraître, nous nous voyons souvent imposer des délais très courts.
Il est aussi parfois un peu triste de ne pas pouvoir aider tel ou tel jeune qui en fait la demande et qui le mériterait sans doute, tout simplement parce que nous sommes déjà en retard sur ce qui était urgent :0)
En fait, nous avons tendance à estimer - à tort ou à raison - que le bon ou le mauvais fonctionnement de nos projets dépend plus de nous, de notre comportement, de notre énergie, de notre motivation, de la quantité de temps que nous y consacrons etc. que du système, de la conjoncture, du hasard, de la chance, de l'Etat etc. Sur une courte période, il peut y avoir des fluctuations défavorables mais sur le long terme, l'opiniâtreté et l'enthousiasme finissent toujours par donner quelques résultats, même s'ils sont modestes en comparaison des quelques exceptions très médiatisées et peu représentatives de la réalité des métiers du disque.
Pour illustrer le propos de façon un peu familière, on évoque souvent - à la télévision ou dans la presse magazine - le cas très exceptionnel de telle ou telle grande vedette présentée comme riche et célèbre ou bien, au contraire la misère (parfois mise en scène) d'un musicien contraint de jouer dans le métro ou à la terrasse des cafés, ou des situations du même ordre. En gros, c'est l'image faussée de la réalité : Ou star, ou clochard :0)
En fait l'immense majorité des professionnels est une sorte de classe moyenne qui n'a aucun rapport avec l'un ou l'autre de ces exemples extrêmes.


- Comment envisages-tu l'après CD, la disparition du support physique traditionnel ?
- Ce n'est pas un problème préoccupant.
On pourra conserver une restitution de qualité sans support physique, c'est une question d'intention et non de technique.
L'essentiel est de conserver la liberté.
On peut prendre l'avion ou le TGV pour aller vite et faire une promenade à cheval par plaisir. De même on peut s'envoyer par mail des fichiers de qualité moyenne pour certains aspects pratiques et professionnels, sans pour autant se priver de la musique sur un véritable système d'écoute à partir d'un support de qualité comme un disque vinyle ou une bande 38. L'un n'empêche pas l'autre.
Il est clair que l'intérêt du public pour la haute fidélité est devenu marginal au profit d'autres centres d'intérêts comme la téléphonie, le home cinéma, les cuisines équipées, les voyages etc. Quand je suis née, il était courant de se passionner pour la hifi et on trouvait normal d'investir parfois des sommes importantes pour avoir un bon son. En 2007, peu de gens sont prêts à investir 6 mois de salaire pour acheter une paire d'enceintes acoustiques !

- Si Nicolas Sarkozy t'avait nommée ministre de la Culture, quelles seraient tes premières mesures ?
- Je pense ne pas être compétente pour mériter un pouvoir à ce niveau-là. Ma première mesure serait donc de lui conseiller de faire appel à de vrais spécialistes, qui ont une vision d'ensemble d'une réalité qui est beaucoup trop complexe pour moi, et sans doute pour la plupart des gens :0)

- Donc, pour toi, que faudrait-il changer dans le rôle culturel de l'Etat ?
- J'ai déjà beaucoup d'hésitations sur ce qu'il faudrait faire pour améliorer notre petite structure artisanale. Gérer une dizaine de personnes est déjà bien difficile alors 60 millions... Je ne pourrais exprimer qu'une opinion, et je ne suis pas certaine qu'il faille accorder trop de crédits aux opinions.

Et naturellement la rencontre avec monsieur SENEQUE... deux mille cinq ans après sa naissance.
Comme vous le savez (mais je le note pour les nouveaux abonnés) notre brave Sénèque, peu de temps avant sa condamnation à mort par Néron, écrivait à Lucilius.
Rapidement avec l'intention de faire oeuvre.
124 lettres nous sont parvenues (combien ont disparues ? celles écrites durant les cinq derniers mois avant avril 65)
SENEQUE, oh magie du net, rencontre Frédérique


Le site internet du label TITRE A

Vos réactions sur le blog ternoise.info où un résumé est noté

Livres et Cd A GAGNER :  créateurs à découvrir
Nouveaux. La présentation dans le prochain Webzine. En attendant...

4 CD Album éponyme 24 titres de Blandine Devos


4 livres Timidité entre les sexes (Mieux comprendre les règles de la séduction pour vaincre sa timidité) de Jean-Paul BENGLIA



Sur auto-edition.com
A GAGNER 3 exemplaires de Y croire encore Elle est une des auteurs TEXTES DE CHANSONS Liliane Roland, auteur de plus de 200 textes, présente un premier recueil.
Ce recueil Y croire encore reflète le vécu des hommes de notre temps.
Les poèmes qui le compose sont fluides, vivants, écrits avec des mots de tous les jours, ils chantent en rimes et rythmes, en poésie libérée ou classique.
Trois autres recueils sont en préparation pourR 2007.


 Actualité
Tony Blair et Nicolas Sarkozy, Le Monde de Jean Marie Colombani, Ségolène Royal et l'argent de sa fête de remerciements à La Courneuve, Nicolas Sarkozy le (ou son ?) JDD, Yvan Leva sur France-Inter, Dominique Strauss-Kahn contre François Hollande, Le Pen toujours à plus de quatre millions, Elisabeth Guigou, Bernard Kouchner, Vincent Bolloré, Dominique Orliac , Henri Emmanuelli l'anti-libéral... et bientôt Lucia Etxebarria, ma romancière préférée.
OBSERVATOIRE INTERNET et réseau ternoise.net
L'ADSL arrive chez l'auteur ! Via deux réseaux même : le conseil régional et le conseil général ont dilapidé l'argent public pour un projet de wifi contestable (des zones d'ombre sont prévues alors qu'une autre solution était proposée... moins chère...) et Alice, qui va investir là où France Télécom a toujours refusé de le faire.
Alice est aussi le premier opérateur national avec HOT LINE gratuite.
Si vous souhaitez passer en ADSL, je vous le conseille naturellement !

Après la première étape du grand projet JE NE SUIS PAS

rappel : Renaud, Cabrel, Vanessa Paradis, Claude François, Gainsbourg, Goldman
www.jenesuispascloclo.com, www.jenesuispasgainsbourg.com, et www.jenesuispasgoldman.com.


création de
www.jenesuispasjohnnyhallyday.com, www.jenesuispassouchon.com, www.jenesuispasbrassens.com.


- www.autoproduction.info 1473 sites - 25 EME CLASSEMENT :
Retour dans le trio de la gratte...

1) Madir-Music Production
Madir Music Productions et Distribution : musiques des îles, séga. Moutia, Maloya, Sallec
Compilation Fiesta de l'Océan Indien Vol 1 : île Maurice: Clency Marie, Michel Legris, Groupe N'Sel, Linlin et Ariane
Seychelles : Jean Marc Volcy, Giselle Jean-Louis
Madagascar: Groupe Trait d'union, Toria, La Réunion.

2) JeanBleu :
Mammuuuth punk-Issus d'un croisement mal goupillé entre l'énergie et la débilité, les quatre mousquetons filent droit sur la route d'une musique dérangée, mixture détonante de Rockabilly, Punk, Surf-Music ou même de Dub


3) la gratte
A mi chemin entre annuaire thématique autour de la guitare et page personnelle sur le guitariste lyonnais fred, le site se veut un espace convivial ou il fait bon surfer

Le classement chansons.org - 1371 SITES - 22 EME classement

1) Jean-Luc MALADAIN
Présentation des oeuvres de Jean-Luc MALADAIN (Auteur-interprète normand, chanson française Téléchargements libres Textes)

2) Siraj
Récital Souvenirs de Siraj (Serge Orlandi) : une interprétation remarquable et émouvante des plus belles chansons françaises (C. Aznavour, A. Barrière, J. Iglesias, J. Ferrat, G. Bécaud, J. Brel ...)

3) Shaby
Biographie, Discographie, Photos, v-Shaby Plus près de toi, une jeune fille de 10 ans à la voix parfaite. Son single Plus près de toi nous impressionne ainsi que son talent pour chanter le RnB.


 Chanson d actualité...


Il adore le fric

Il venait d'payer ses impôts
Trouvait qu'c'était beaucoup trop
Peut-être qu'une petite voix
Lui rapp'la qu'cet argent-là
Etait gagné en chantant des conn'ries
Sont vraiment trop cons ces frenchies

T'as cru entendre
J'aime mon public
Fallait comprendre
J'adore le fric

Quand soudain un d'ses grands amis
Sans même l'excuse d'une cuite
Sans même un petit shit
Un monsieur très bien parti
Proclame la France tu l'aimes ou tu la quittes
Il a compris JOHNNY VAS-Y

T'as cru entendre
J'aime mon public
Fallait comprendre
J'adore le fric

La France j'adore ses subventions
J'adore sa télévision
Ses gogos subjugués
Ses supers hypermarchés
La France j'adore quand je suis son idole
Ah qu'c'est mon meilleur rock and roll

T'as cru entendre
J'aime mon public
Fallait comprendre
J'adore le fric


SOUTENIR le WEBZINE :

PROFITER des OFFRES GRATUITES sites PARTENAIRES
----MO30-14-58----
Vous avez apprécié ce numéro du WEBZINE GRATUIT ?... merci de vous inscrire GRATUITEMENT à l'un des sites amis :
amis.html
copyright : Stéphane TERNOISE -  Mai 2007 - NE PAS REPONDRE A CET ENVOI (adresse non utilisée en lecture)


Contact / Gestion Abonnement (désabonnement, changement adresse mail) : ternoise.net
Contact Postal : Jean-Luc Petit - BP 17 - 46800 Montcuq - FRANCE Numéro précédent : le 69 du 28 avril 2007
Numéro suivant : le 71 du 28 juin 2007

accueil du WEBZINE GRATUIT

un webzine des écrivains
regard du webzine sous le versant Presse Musique

Mais aussi rencontres gratuites
Copyright : Contact Montcuq - Cahors

Gestion de votre Abonnement au webzine (désabonnement,changement adresse mail)


Ségolène Royal Nicolas Sarkozy quotidien Le Monde soutient les libraires


Vous pouvez commenter :

Ajouter votre contribution au débat


v


toutes les photos du site.

sur le forum : De Voltaire à Ternoise On ne sait jamais ce qui sera lu...
LIRE NEWS du webzine et commentaires.